Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'guide'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Discussions communautaires
    • Annonces importantes
    • Suggestions
    • Postulation
    • Présentation des membres
    • Discussions générales
    • Multimédias
    • Jeux vidéos
    • Actualités
    • Aide / Support
    • Études
    • Archives
  • Informatique
    • Projets des membres
    • Autres / Divers / Découvertes
    • Crypto-monnaie(s)
    • Réseaux
    • Gestion de serveur
    • Système d'exploitation : Smartphone
    • Système d'exploitation : Ordinateur
  • Programmation
    • Projets des membres
    • Développement web
    • Développement de logiciels
    • Développement d'applications pour smartphones
    • Outils du développeur
    • Aide / Support
  • Emulation
  • Partenariats

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Skype


Site web


AIM


MSN


ICQ


Yahoo


Jabber


Tox


Centres d'interêts


Localisation


Study level

Found 15 results

  1. Bonjour, J'ai rédigé un petit guide, j'espère comprehensible, dans le but de vous apprendre à obtenir une installation de base de ArchLinux relativement propre. Ce guide est conçu dans le but de vous faire découvrir une distribution géniale aux multiples atouts. Voici le lien de téléchargement en PDF afin de pouvoir le lire sur tout supports: -Lien mort - Ce tuto m'a pris du temps à rédiger (Et oui 15 pages c'est pas rien), s'il vous a plus je vous incite à me laisser un petit pouce vert pour me récompenser, n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions afin d'améliorer ce dernier, et surtout, amusez vous bien avec votre nouvelle futur distribution favorite
  2. vfrz

    [Guide] Apprendre le C#

    Bonjour, Aujourd'hui je vous liste plusieurs tutoriels, livres pour apprendre le C# de A à Z. La plupart des livres sont en anglais car les livres français sont généralement de moins bonne qualité. Sur Melinyel : • [Vidéo] C# de A à Z : - Episode 1 • Introduction - Episode 2 • Prérequis Livres : • TutorialsPoint C# Programming, livre au format PDF gratuit, très bien pour débuter et couvre pas mal d'aspect du C# (Anglais). - Lien PDF : http://www.tutorialspoint.com/csharp/csharp_tutorial.pdf • C# 5.0 in a nutshell, un grand classique très complet (Anglais). - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/5-0-Nutshell-5e-Joseph-Albahari/dp/1449320104/ - Lien PDF : https://drive.google.com/file/d/0B9v4gXG6wtN7NU4tVVFrVkJkUEU/view • Pro C# 5.0 and the .Net 4.5 Framework, un livre très complet (Anglais). - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/Pro-5-0-net-4-5-Framework/dp/1430242337/ - Lien PDF : http://www.clicktocontinue.com/books/ProCSharp5AndTheNET4.5Framework.pdf • Cours OpenClassRoom en format PDF (Français), bien pour débuter mais pas complet. - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/Apprenez-%C3%A0-d%C3%A9velopper-en-C/dp/B00VALU8YG/ - Lien PDF : https://user.oc-static.com/pdf/523498-apprenez-a-developper-en-c.pdf • C# 6 et Visual Studio 2015 - Les fondamentaux du langage, je ne sais pas ce qu'il vaut, mais c'est un des rares livres en C# en français. - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/Visual-Studio-2015-fondamentaux-langage/ Sites Web : • Developpez, très complet. - Lien : http://dotnet.developpez.com/csharp/ • OpenClassRooms, le fameux, plusieurs tutoriels sur le C# sont présents, bien pour débuter mais pas très complet (uniquement pour les débutants qui ne comprennent pas l'anglais, à éviter si possible). - Apprenez à développer en C# : https://openclassrooms.com/courses/apprenez-a-developper-en-c - Apprenez à développer en C# sur .Net : https://openclassrooms.com/courses/apprenez-a-programmer-en-c-sur-net - Programmez en orienté objet avec C# : https://openclassrooms.com/courses/programmez-en-oriente-objet-avec-c • Java2S, "catalogue" du C#, pleins d'exemples sur pleins de sujets. - Lien : http://www.java2s.com/Tutorial/CSharp/CatalogCSharp.htm • RB Whitaker's Wiki, bien pour débuter. - Lien : http://rbwhitaker.wikidot.com/c-sharp-tutorials Si vous avez des suggestions de livres/sites web, n'héistez pas Bonne lecture et bon apprentissage ! VFRZ,
  3. Le deepweb Suite à certaines demandes, je vais faire une introduction au deepweb, afin de vous expliquer le principe sur lequel celui-ci fonctionne et les moyens pour s'y connecter. Avant tout, j'apporte quelques petites précisions : je vais très certainement m'inspirer d'autres sites pour rédiger ce guide, les sources seront cités en bas de page. D'autres part, je ne prétends pas tout connaître sur le sujet, alors si quelque chose vous gêne ou si vous préférez que je parle d'un point : spécifiez-le moi. 1 - Introduction Pour commencer, si vous souhaitez comprendre intégralement et de manière plus complexe le fonctionnement du deepweb, ses explications et détails techniques, je vous invite à rechercher des thèses sur internet ou même consulter son wikipédia (http://www.fr.wikipedia.org/wiki/Web_profond, qui est cependant extrêmement peu rigoureux). Je vais néanmoins vous parler un peu du deepweb avant d'expliquer comment s'y rendre, donc si vous souhaitez juste aller dessus sans vraiment comprendre, allez directement en bas de ce guide. Afin de clarifier la chose, ce qu'on appelle deepweb est une partie d'internet bien spécifique. Son nom, littéralement "web profond" vient du fait qu'il est nécessaire pour y accéder de passer par un navigateur spécifique, intégrant une technologie de chiffrage des données* et d'un algorithme de redirection des connexions spécial : Tor. Tor est un réseau internet (acronyme de The Onion Router) décentralisé qui permet une connexion (plutôt sécurisée) à des serveurs en passant auparavant par d'autres utilisateurs de ce réseau. Pour simplifier les choses, sur internet "normal" -dit le surfaceweb- votre navigateur se connecte directement sur un serveur hébergeant un site et réceptionne les informations de celui-ci (c'est en fait un peu plus complexe, il passe par le FAI, des serveurs DNS, des CDN, etc... Mais l'idée est là). Sur le deepweb, où plutôt sur le réseau Tor (ce qui revient à la même chose), votre navigateur va tout d'abord transiter par plusieurs dizaines d'autres navigateurs d'utilisateurs pour finalement arriver sur le site en question : le but étant d'anonymiser la connexion au serveur, puisque l'information sera relayée par plusieurs dizaines d'adresses IP (ce qui vous protège un peu). On appelle ce réseau "onion" (le O de Tor) grâce à l'image de plusieurs couches d'un oignon superposées. Couches par lesquelles vous transiterez à la fin de ce tutoriel si vous vous rendez sur le deepweb. Pour votre information, Tor est le nom de ce réseau internet permettant l'accès au deepweb, mais dans 90% des discussions lorsqu'on vous parlera du deepweb, Tor sera en fait Tor browser, le navigateur nécessaire pour se rendre sur le deepweb qui inclut les protocoles et les algorithmes correspondant. Si vous souhaitez vous renseigner sur les transistions des packet, je vous laisse consulter la page wikipédia lié à ces détails techniques. Également, les URL du deepweb sont chiffrées. Déjà, celles-ci finissent toutes en .onion, et le contenu du nom de domaine est une suite de caractère sans signification (et oui, c'est pas comme le surface web), vous aurez par exemple une adresse web du style : https://gfe45a98uj4o4lclsmq7h98r9sdg.onion. J'essaierais de dresser un petit annuaire par la suite, pour vous aider à démarrer la dedans. Enfin, une dernière chose de l'introduction, vous avez peut-être déjà entendu parler du fait que le deepweb est la partie cachée de l'iceberg, et qu'il représente 96% de l'internet. Ceci est évidemment faux, c'est un mythe. Le deepweb est une partie d'internet à part entière mais elle absolument minoritaire de part ses fréquentations et d'un point de vue technique. Commençons par ses fréquentations : le deepweb, vous l'aurez compris, n'est pas disponible dans le premier starbucks en centre-ville sur un iPad fournit pendant que vous dégusterez un jus de chaussette amer fait à base de graines de cacao moisies en container, obtenues en martyrisant des régions entières... Je m'emporte. Satanés hipsters. Bref, le deepweb est peu accessible, et d'après la loi de l'offre et de la demande : Peu d'offre = Peu de demande. Simplement. De plus, vous trouverez sans doute un annuaire des sites sur le hiddenwiki (retenez ce nom). Vous découvrirez vite que les sites dessus sont exponentiellement plus hardcore, si vous me passez l'expression, mais aussi exponentiellement moins nombreux. Ensuite, le point de vue technique : le deepweb est une infrastructure couteuse et complexe à mettre en place aux yeux de ce que demande une simple page au réseau (en terme de capacité). Les ressources financières nécessaires au réseau Tor sont les suivantes (sources wikipédia) : 60 % proviennent du gouvernement américain (soutien à la liberté d'expression et à la recherche scientifique) 18 % proviennent de fondations et autres donateurs (John S. and James L. Knight Foundation (en), SRI International, Google, Swedish International Development Cooperation Agency (en)) 18 % proviennent de la valorisation des contributions des bénévoles. Toujours par la même source, le réseau coûte 2 millions de dollar annuellement. En comparaison, internet (= le surfaceweb) est une économie coutant plusieurs milliards de dollar annuellement (mais oui, les gains sont plus élevés). Vous installerez difficilement un nœud de connexion Tor par vos soins sur un serveur mutualisé web, alors qu'un site normal peut l'être facilement. Pour information, ce mythe (à présent démystifié) provient d'un article datant de 2001 (13 ans actuellement), que vous pouvez consulter ici. A cette époque, la bulle internet venait d'exploser et tout le monde (surtout la finance, cf. la crise) spéculait sur cette nouvelle technologie. L'article parle donc du deepweb MAIS ajoute également dans la balance les bases de données des sites, donc pas accessibles au publique (normalement) ET les sites web (indexables ou non) qui n'ont pas été répertoriés par des moteurs de recherches. Vous comprendrez d'où vient ce mythe : un internet ancien et peu développé, sur lequel on compare les pages web accessibles contre les pages web non accessibles et les bases de données (l'article précise que certaines pèsent plusieurs centaines de GO, déjà en 2001). Voilà, vous avez eu une explication sur le fonctionnement du deepweb, assez sommaire ma foi mais je pense qu'elle suffira pour commencer. Si vous êtes curieux, internet sera toujours plus rigoureux que moi. Ah, et un dernier mythe : le deepweb n'est pas illégal, pas du tout. Visiter la majorité des sites et totalement légale, cependant l'achat sur certains sites ne l'est peut-être pas, par contre. 1 - Utilisation C'est dans cette partie que je vais vous expliquer comment accéder à ce réseau privé, qui malgré les croyances populaires est somme toute pas franchement compliqué d'accès. Avertissements nécessaires : Le deepweb a la réputation d'être inhumain et d'être l'antre des malades mentaux. Globalement c'est faux. La majorités de ce réseau est tout aussi normal que la société dans laquelle nous vivons, on y trouve même des forums comme Melinyel.net, donc ce n'est pas le cas. CEPENDANT : il existe bel et bien des sites DANGEREUX et malsains dont je ne souhaite pas encourager le partage. J'interdis donc le partage de liens sans m'avoir consulté au préalable, et j’interdis évidemment de poster les médias trouvés là-bas. 2 - Sur le deepweb, vous trouverez pleins de personnes différentes, et notamment des sites de piratages / hacking. Ces sites comportent souvent des virus pouvant s'installer directement sur votre PC par une simple visite, ça ressemble à un récit d'un kikoo qui ne s'y connait pas je vous le concède, et pourtant cela existe (je n'ai pas réussi à comprendre ce fonctionnement -le javascript n'est pas activé-). Donc protégez-vous malgré tout : je recommande fortement l'utilisation de Tor browser sur une machine virtuelle plutôt que directement sur votre système d'exploitation à nu. 3 - Faites attention où vous allez. Sans risquer quoique ce soit aux yeux de la loi ou pour la sécurité de votre ordinateur, certaines choses sur le deepweb sont marquantes et ne sont pas tout publique. Je vous considère donc comme prévenu. Donc voilà, maintenant que vous savez tout ça, vous êtes prêt pour vous rendre sur le deepweb. Commencez par télécharger la dernière version du logiciel Tor Brower : https://www.torproject.org/download/download-easy.html.en Téléchargez la version correspondante à votre système d'exploitation, installez-là Lancez Tor Browser, vous aurez une interface vous demandant le type de votre connexion comme spécifié ci-dessous, cliquez simplement sur "Se connecter" Voilà, vous arrivez sur la page principale du navigateur. Il ne vous reste qu'une seule chose à faire : cliquez sur le petit (S) en haut à gauche, et désactivez le JavaScript. C'est une mesure de sécurité et augmente le temps de chargement des pages web du deepweb, qui seraient incroyablement longues sinon. Voilà, votre aventure commence ici, je vous donne cette adresse, qui est l'adresse du hiddenwiki : l'annuaire du deepweb. Faites attention où vous irez. http://kpvz7ki2v5agwt35.onion/wiki/index.php/Main_Page * : L'algorithme de Tor a été mis à mal une seule fois, par un enseignement chercher d'une école française d'ingénieure française (en plus !) : ESIEA (source) Sources : Connaissance / expérience personnelle http://fr.wikipedia.org/wiki/Tor_(réseau) http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_profond http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0007.104 https://www.torproject.org/about/overview.html.en Ce guide / tutoriel touche à sa fin, si besoin je l'éditerais. Si vous avez des questions, n'hésitez pas !
  4. Nombreux sont ceux qui se demande comment protéger et augmenter les performances son ordinateur à moindre coût. Ce guide va vous montrer comment optimiser et sécuriser Windows à travers des logiciels gratuit ou intégrés à Windows et de manière très simple malheureusement les tâches ne sont pas automatisées et il vous faudra donc les répéter régulièrement pour que votre ordinateur reste au meilleur de lui-même. Se protéger contre les virus : Il existe une grande liste d'antivirus aujourd'hui et difficile de dire qui est le plus fiable. Ce qu'on peut déjà savoir c'est qu'un antivirus payant sera toujours plus efficace qu'un antivirus gratuit car ils proposeront toujours des solutions de sécurités supplémentaires (chiffrement des données sensibles, pare-feu, anti-spam, etc...). Heureusement, des sites vous propose une comparaison des différents antivirus existant. Bien qu'il soit en anglais, AV-Comparative va vous aider à trouver votre antivirus en en comparant plusieurs. AV-Comparatives - Independent Tests of Anti-Virus Software - Real World Protection Test Overview : Explications : Voici un diagramme réalisé par AV-Comparative comparant les différents produits et leur efficacité réelle. On peut voir que Bitdefender assure parfaitement son rôle pusqu'il a été élu meilleur antivirus de l'année 2014, malheureusement il est payant mais il a l'avantage d'être moins cher que ses autres concurrents. Le premier antivirus gratuit que nous pouvons rencontrer est en sixième position et cette place est occupée par Avira. On dit souvent d'Avast que c'est le meilleur antivirus gratuit et pourtant il est en quatorzième. Rappelons que ce test porte sur l'efficacité de l'antivirus donc la capacité du produit à détecter et éliminer les virus présents. En outre, Avast propose d'autres solutions pour palier aux virus comme l'agent mail qui va analyser vos e-mails et l'agent web qui va analyser les sites web sur lesquels vous naviguez, contrairement à ses concurrents qui ne vont proposer qu'aux utilisateurs un agent de fichiers (ou protection en temps réel) qui va analyser uniquement les fichiers. Éliminer la publicité : Adblock Plus : Ce petit addon pour les navigateurs web va vraiment vous sauver la vie contre l'envahissement de la publicité que nous subissons quotidiennement. En effet, il va bloquer toutes les publicités quelles qu’elles soient. Et bonne nouvelle, adieu la publicité sur les vidéo Youtube ! Téléchargements : sous Firefox, sous Chrome Adwcleaner : La publicité n'est pas l'unique soucis que vous avez, certains logiciels que vous pensez de confiance installent d'autres logiciels malveillants qui ralentissent votre ordinateur. Adwcleaner est un logiciel a absolument avoir qui va nettoyer votre ordinateur de tous les adware, PUP/LPIs, toolbar et hijacker. Entretenir Windows : Défragmenter régulièrement : ATTENTION : Il est vivement déconseiller de défragmenter un SSD (pensez à désactiver la défragmentation automatique programmée par Windows). Quand il s'agit de défragmenter Windows a normalement planifié cette tâche malheureusement, si l'on veut le faire bien le défragmenteur de disque de Windows n'est pas le plus efficace. Auslogics DiskDefrag est un logiciel gratuit permettant de défragmenter son disque dur bien plus efficacement qu'avec l'outil intégré à Windows. En outre, Defraggler vous permet aussi de connaître l'état de santé de vos disques. Nettoyer ses disques : Vous connaissez surement l'outil proposé par Windows "Nettoyage de disque" qui permet de faire le ménage sur votre ordinateur et libérant quelques mégaoctets qui vous seront surement très précieux. Bien que cette outil soit plutôt efficace pour nettoyer son disque, je vais vous proposer un autre outil qui va nettoyer votre ordinateur bien plus efficacement : CCleaner. Ce logiciel assez célèbre vous permet de nettoyer votre ordinateur en profondeur en examinant des éléments de Windows (votre corbeille, votre presse-papier) mais aussi des éléments de vos logiciels (les cookies et l’historique de vos navigateurs). De plus, ce programme dispose d'un nettoyeur de registre permettant de supprimer ou de réparer les clés du registre corrompues. Enfin, ce logiciel dispose de quelques outils supplémentaires afin d'optimiser au mieux votre ordinateur. Quelques astuces : Démarrer plus rapidement Rendre l'explorateur Windows plus fiable Sauvegarder le registre [Windows 8] Créer un lecteur de récupération Créer une partition de restauration "usine" Verrouiller sa session après plusieurs tentatives de connexion
  5. Elliotau78

    [Mod] Morph

    Salut tout le monde ! Je vous ai déniché une présentation dans bon petit mod que j'avais fais à l'époque ou j'étais rédacteur. Je vous laisse apprécier ! Le mod est en 1.6.X, mais ne va pas tarder à etre porter en 1.7.5 Vous connaissez sans doute le célèbre créateur de mods, Ichun. Pour ceux qui ne le connaissent pas il s'agit d'un "moddeur" réputé dans la communauté anglophone pour l'aspect technique apporté à ses mods. Nous allons aborder aujourd'hui le mod Morph. Vous l'aurez sans doutes compris ou deviné avec le nom du mod, il s'agit de s'approprier le corps d'un autre joueur ou entité vivante dans le monde cubique de Minecraft. L'interface graphique Une interface sobre C'est ici que vous allez trouver vos Morphs. Un Morphs, c'est le corps et l'esprit que vous avez pris à quelqu’un ou quelque chose. Voilà à quoi ressemble cette interface : Pour ouvrir l'interface, il va vous falloir appuyer par défaut sur se bouton de votre clavier : Pour faire défiler les différentes formes de Morph, utilisez la molette de la souris de votre ordinateur. Pour sélectionner un type de Morph, appuyez sur la touche "Entrer" de votre clavier d'ordinateur (Clic gauche avec votre souris marche également). Pour quitter cette interface, appuyez sur la touche "Echap" de votre clavier d'ordinateur. Il faut également noter que toutes les formes de Morphs ne seront pas directement acquises. Comment obtenir des Morphs ? Pour en obtenir, il vous suffit de tuer un joueur ou toutes formes d'entités hostiles ou non de notre monde cubique. Quand vous avez tué la pauvre âme en face de vous, vous allez directement prendre sa forme et certaines de ses capacités. Le Morph de cette entité ou joueur sera également ajouté à votre liste de Morphs dans l'interface graphique présentée précédemment. Si l'acquisition a bien marché, la personne, le monstre ou l'animal tué devrait ressembler à ça en mourant : Cette pauvre vache s'est transformé en lambeau de chairs noircis que nous allons absorber. Sur nous, la transformation devrait ressembler à ça : Ceci dure seulement pendant la transformation. A la fin de la transformation vous allez ressembler à un vrai mouton comme on les trouve dans la nature Minecraftienne. Attention, si jamais vous tuez deux personnes à la suite et que la transformation n'est pas finis, vous n'allez pas absorber la deuxième personne. Les différents Morphs Nous allons observer ici les différents types de Morphs. Si un Morph n'est pas traité, c'est qu'il n'existe pas dans la version présentée ou qu'il n'a pas de particularités à part son apparence. (Il est également possible, comme pour les boss, que cela nécessite un ou plusieurs réglages, fouillez dans le dossier config de votre Minecraft et sélectionnez celui de Morph. Une fois chose faite, cherchez un peu et vous trouverez sans difficultés) Le Poulet En tant que poulet, nous faisons la moitié d'un bloc. Cet aspect reste bien pour s’engouffrer dans certains endroits mais reste difficile pour s'y habituer. L'autre possibilité du poulet est de pouvoir planer dans les airs et donc de ne pas prendre de dégâts de chute. On ne voit également pas ses mains en vue à la première personne. Le Zombie Le zombie est légèrement plus petit qu'un joueur, il fait un peu plus de 1 bloc et demi. Le zombie va brûler au soleil, mais vous pouvez voir l'objet qu'il tient dans la main en vue à la troisième personne. On peut également voir sa main à la première personne. Le Magma Cube Le Magma Cube existe sous différentes formes, petit moyen et grand. Vous allez donc varier de taille entre les différentes transformations. Si vous êtes un Magma Cube, vous allez être insensible au feu et à la lave. On ne voit pas ses mains ni les objets que l'on tient. Le Creeper Le creeper n'a aucune capacité spéciale. On ne voit ni ses mains (normal le creeper n'a pas de mains) ni l'objet que l'on tient. Il est légèrement plus petit qu'un joueur. Le Squelette Si vous êtes un squelette, vous allez brûler au soleil malgré l'icone disant que vous êtes insensible au feu (Sûrement un bug qui va être corrigé prochainement). On voit sa main et les objets que l'on tient à l'intérieur. L’Araignée L'araignée fait deux blocs de large et un bloc de hauteur. Elle peut escalader les murs et l'on voit son petit bras tout maigre. On ne voit pas les objets que l'on tient en vue à la troisième personne. Le Slime Le slime existe, comme son confrère le Cube de Magma, sous plusieurs formes : petite, moyenne et grande. Vous allez donc varier de hauteur selon la forme. On ne voit ni ses mains (Normal comme un Slime n'en a pas) ni l'objet que l'on tient. Le Cochon Zombie Le cochon zombie est légèrement plus petit que un joueur. Il ne craint ni le feu ni la lave, comme quand il est à l'état naturel. On voit sa main et l'objet que l'on tient dedans. L’Araignée des Cavernes Comme sa camarade l'araignée banale, elle peut monter et escalader tous les obstacles. Cette araignée là ne fait que 1/2 bloc de hauteur et 1 de largeur. On voit sa petite patte devant soi mais pas les objets que l'on tient dedans à la troisième personne. Le Silver Fish Le Silver Fish (poisson d'argent en Français) fait un tout petit peu moins de 1 bloc de haut. On ne voit ni ses mains ni l'objet que l'on tient dedans. Le Blaze Le Blaze est un Morph très complexe. Pour commencer, vous laissez derrière vous une traîné de fumer. Deuxièmement, le Blaze a le pouvoir de voler (Appuyez deux fois rapidement sur la barre d'espace, comme en créa). Le Blaze ne craint pas le feu et la lave mais prend des dégâts en touchant l'eau. On ne voit ni ses mains ni ce que l'on tient dedans. La Chauve-Souris La chauve souris fait 1/2 bloc de hauteur mais a une capacité très pratique : Elle peut voler ! On ne voit ni ses mains ni ce que l'on tient dedans. Le Poulpe Le poulpe fait 1 bloc de hauteur. Il peut respirer sous l'eau autant de temps que vous voulez mais ne pourra pas survivre bien longtemps en dehors. On peut voir une de ses petite tentacule mais pas ce que l'on tient dedans en vue à la troisième personne. Le Ghast Il faut savoir que le Ghast est grand, TRES grand. Il fait 5 bloc de haut et 5 bloc de large. Le Ghast peut également voler et ne craint pas le feu et la lave. On ne voit ni ses mains ni ce que l'on tient à l'intérieur. Liens Téléchargement de Morph Topic Officiel de Morph Installation
  6. Bonsoir, Je vous partage WoWSE, un site qui regroupe de bons guides pour World Of Warcraft. Voilà une petite présentation du site : Bon bah, vous avez plus qu'à déguster ça !
  7. C'est la première fois que vous installer Windows ou vous avez eu un soucis et par conséquent vous devez réinstaller votre système d'exploitation ? Alors suivez ce guide pour ré/installer Windows étape par étape. Configuration minimale requise : Un processeur 32 bits (x86) ou 64 bits (x64) de 1 gigahertz (GHz) ou plus rapide Une RAM de 1 gigaoctet (Go) (32 bits) ou de 2 Go (64 bits) Un espace disque disponible de 16 Go (32 bits) ou de 20 Go (64 bits) Un périphérique graphique DirectX 9 avec un lecteur WDDM 1.0 ou supérieur Tout d'abord, munissez vous de votre CD d'installation Windows et insérez le dans votre lecteur de disque. Puis, au démarrage de votre ordinateur, appuyer sur ECHAP (pour la plupart des ordinateurs sinon essayez avec F1 ou F2) et sélectionner votre lecteur de disque. Si vous avez perdu votre disque vous pouvez télécharger une image ISO de Windows 7 et à l'aide d'un logiciel approprié comme Rufus, vous pourrez la graver sur un DVD de 4GO minimum ou bien la copier sur une clé USB de 4GO minimum rendue bootable par ce même logiciel. Téléchargement des images ISO : Windows 7 x86 Service Pack 2 All-In-OneWindows 7 x64 Service Pack 2 All-In-One Si tout se passe bien, Windows va vous demander votre langue. Cliquez sur "Suivant" et "Installer maintenant". Avec certaines images ISO, vous avez la possibilité de sélectionner la version de Windows que vous souhaitez et dans le cas contraire, c'est la version indiquée sur la boite de votre CD qui sera installée. Cochez la case "J'accepte les termes du contrat de licence" et suivez. Ensuite, cliquez sur "Personnalisée (option avancée)" et vous devriez voir une page avec vos différentes partitions avec différentes options (supprimer, formater, nouveau, étendre). Si votre disque dur n'est pas reconnu, actualisez la liste sinon vous pouvez charger des pilotes (rendez vous dans ce cas sur le site du constructeur de votre ordinateur pour obtenir tous les pilotes). Sélectionnez la partition sur laquelle vous souhaitez installer Windows et cliquez sur "Suivant". L'installation va se lancer et peut prendre un peu de temps. Si vous formatez votre partition, cette manipulation va supprimer toutes les données contenues sur celle-ci. Je recommande de créer deux partitions : une pour Windows et une autre pour vos documents personnels. Néanmoins, il est toujours conseillé de sauvegarder ses documents sur un autre disque dur. A la fin, votre ordinateur va redémarrer pour ensuite finaliser l'installation de Windows. Vous allez devoir ensuite configurer votre ordinateur en six étapes : Choix du nom d'utilisateur et du nom de l'ordinateur.Choix d'un mot de passe.Activation de Windows avec votre clé de produit (étape facultative).Paramètres de l'ordinateur (je vous conseille d'utiliser les paramètres recommandés).Paramètre de l'horloge.Paramètre réseau (sélectionner votre réseau WI-FI si besoin puis sélectionner l'emplacement de votre réseau). Votre ordinateur est désormais prêt à être utilisé. Installez les mises à jour Windows (Panneau de configuration > Système et sécurité > Windows Update) et les pilotes de vos composants et périphériques que vous pouvez retrouver avec ma-config.com ou sur le site du constructeur de votre ordinateur. En cas de problème avec Windows, vous pouvez utiliser les outils de réparation du système disponible avec votre DVD d'installation Windows. Ceci évite un formatage du disque et une perte inutile des données. Ce cours est disponible au format vidéo :
  8. Bonjour J'avais déjà parlé à plusieurs reprises notamment en publique, sur teamspeak ou même skype, de ma volonté de donner une visibilité plus explicite aux guides et tutoriels : c'est à ça que servira ce sujet. En effet, comme vous pouvez le voir, ce sujet recense tout les guides / tutoriels sur un schéma représentant l'arborescence du forum. Vous pouvez voir les catégories majeures, avec les forums (et sous-forums) qu'elles contiennent. A l'intérieur, une liste à puce énumère tout les guides ou tutoriels de ces forums (attention : ce n'est pas tout les sujets mais tout les guides ou tutoriels, seulement). Cette liste vous permet d'avoir un point de vue global sur l'ensemble des tutoriels présents sur Melinyel.net, elle sera donc perpétuellement mise à jour. Et si jamais vous constatez qu'un tutoriel n'est pas sur cette liste, alors n'hésitez pas à le poster sous la forum suivante : Nom du tutoriel, avec le lien vers ce tutoriel par dessus Ce n'est pas tout ! Aussi, à la fin ce la liste des guides déjà existants s'ajoute une seconde liste : celle des guides ou tutoriels qui ne sont pas sur le forum, et que la communauté souhaiterait avoir. Cette liste permet d'être un fil directement pour les personnes qui souhaitent faire des tutoriels mais qui ne savent pas quoi faire. Si vous souhaitez voir un tutoriel sur le forum, vous pouvez tout à fait en faire la demande sur ce sujet : il sera ajouté à la liste en attendant que quelqu'un s'y attèle. ################################################################ LISTE DES TUTORIELS ################################################################ Informatique Autres / Divers / Découvertes Débuter avec Git Voir une image facebook en taille "réelle" Windows [Windows 7] Activer Aero [Windows 8] Créer un lecteur de récupération Sauvegarder le registre Contrôler la souris au clavier Activer le "godmode" sous Windows Rendre l'explorateur Windows plus fiable Contrôler son ordinateur à distance Tutoriel - Connaître le type de système (32Bits ou 64Bits) Gagner en rapidité au démarrage du système Installation de Windows 7 Optimiser et sécuriser Windows Supprimer Grub depuis Windows [Windows 8] Raccourcis clavier à connaitre Partage de connexion Linux : Présentation de Linux Créer un live-usb (ou une clé d'installation) Contrôler la souris au clavier Mac : (Contrôlez le système d'exploitation créé par Apple) Videz son cache Passez TextEdit en .html / .php Gestionnaire de tâche Screenshot sur Mac Smartphone Android [Free] Se connecter à Freewifi_secure Afficher une image entière en fond d'écran [Tutoriel] Rooter son smartphone Trouver le titre d'une chanson iOS Prendre une capture d'écran Windows Phone [Tuto] Localiser son Windows Phone 8 facilement depuis son ordinateur Sécurité informatique [Tutoriel] Sandboxie Crypter ses fichiers Savoir si son PC est infecté en 30 secondes [source] Liens d'analiseur en ligne [Nettoyage/Optimisation] Advanced System Care Serveur dédié / Virtualisation : Introduction : VPS / Serveurs dédiés [Virtualisation] VirtualBox Crypto-monnaie(s) : Comment miner du Dogecoin [Guide de démarrage] Les Crypto-monnaies Webmastering myBB Créer un forum myBB (en français) Programmation HTML & CSS : (Commencez à concevoir votre site web) HTML5 / CSS3 : Commencer dans la programmation PHP : (Dynamiser le contenu de votre site web) [Cours 1 - Débutant] Les bases du PHP. Guide PHP : Avant Propos {Partie 1/6} Guide PHP : Commençons à partir de 0 {Partie 2/6} Guide PHP : Les joies du PHP {Partie 3/6} [sécurité] Sécuriser ses $_POST & $_GET Créer un système de Connexion / Inscription en PHP Effectuer une requête POST Gestion d'image Captcha (anti-robot) Faille de sécurité les plus fréquente en relation direct/indirect php Moteur de recherche de base Le test SQL Les commandes de gestion table MySQL Les commandes de base table MySQL JavaScript [AJAX] Introduction (+JQuery) [JQuery] Introduction au JQuery [JQuery] Evenement de base C Cours #0 - Avant propos et outils Cours #1 - Introduction au C Cours #2 - Introduction aux fonctions Cours #3 - Pointeurs, tableaux et chaines de caractères Cours #4 - Récursivité et stack [Cryptage] XOR Fait maison [Fonction utilitaire] explode C# LUA #1 Présentation #2 Généralités Scripts shell [unix] bascule pour bébé [batch] Tutoriel #0 - Prologue [batch] Tutoriel #1 - Echo [batch] Tutoriel #2 - Pause KillDaMinions [Tutoriel] Modder KillDaMinions ################################################################ TUTORIELS DEMANDÉS ################################################################ Liste des tutoriels à rédiger : Introdution à Github Introduction à Unix. Guide d'approfondissement sur les VPS / Virtualisation Guide (écrit) : Faire un site, de A à Z : initialisation, hébergement, etc... Tutoriel : Créer un serveur minecraft. Tutoriel sur la vie privée : Comment la gérer sur Internet ? Guide : Choisir son hébergeur et son offre d'hébergement. Guide : La programmation, par où débuter ? Comment ? Comment installer / essayer Linux. Envie d'un tutoriel spécifiquement ? Demandez-le !
  9. Comment consulter et envoyer simplement mes messages depuis Roundcube ? Besoin d'aide pour envoyer un e-mail ? Suivez ce guide d'utilisation sur Roundcube : Webmail : Guide utilisation RoundCube. Comment configurer mon adresse e-mail sur mon logiciel de messagerie ? Différents guides sont à votre disposition pour vous aider à configurer vos adresses e-mail, sur vos différents logiciels de messagerie. Vous trouverez les différents paramétrages logiciels proposés ci-dessous : Mail Mutualisé : Guide configuration sous Windows 8. Mail Mutualisé : Guide configuration sous tablette Android. Mail Mutualisé : Guide configuration Outlook 2013. Mail Mutualisé : Guide configuration Mail de MAC. Mail Mutualisé : guide configuration iPhone. Mail Mutualisé : guide de configuration pour Thunderbird. Mail Mutualisé : guide configuration Outlook 2007. Mail Mutualisé : Guide configuration Outlook 2010. Mail Mutualisé : guide configuration Windows Mail. Mail Mutualisé : Guide configuration Outlook 2011 sur Mac. Mail Mutualisé : Guide configuration Windows Phone. Mail Mutualisé : Guide configuration d'un téléphone mobile sous Android version 4.4. Mail Mutualisé : Guide configuration sous iPad. Mail Mutualisé : Guide configuration BlackBerry. Ce sujet est tiré de la section "Mutualisé : FAQ - Questions récurrentes" de OVH.COM
  10. Bonjour « Linux ? C'est quoi, ça, déjà ? Ah oui, un système d'exploitation qui permet de pirater n'importe quoi, c'est que des lignes de commandes qui défile dans tout les sens, c'est un truc bizarre. Beurk, c'est pas pour moi, ce truc. » Faux. Archi-faux. Ceux qui disent ça sont ignorants. Allez, commençons ce guide d'introduction à Linux. Je vous préviens d'avance que celui-ci ne sera pas strictement rigoureux, des omissions techniques ou des simplifications ont été faites volontairement pour faciliter la compréhension, il sera modifié autant de fois que nécessaire. 1 - Un peu d'histoire... Linux, qu'est-ce que c'est ? Et bien c'est un système d'exploitation très complexe mais également le plus utilisé dans le monde de l'informatique (le monde de l'informatique ne se limite pas qu'aux ordinateurs, il y a les smartphone, les voitures, les systèmes embarqués, les avions, les serveurs, les super-calculateurs, les ordinateurs du coup, etc...). Anecdote de Wikipédia (ça vaut ce que ça vaut) : 1% seulement des ordinateurs personnels tournent sous Linux. Son nom vient en partie de son inventeur : Linus Torvald, un finlandais qui a développé un noyau de système d'exploitation en 1991 (Unix) et c'est sur celui-ci qu'est basé Linux et MacOS (partiellement). Par la suite, il développera un système d'exploitation autour de ce noyau et : Linus + Unix = Linux. (Je rédigerais sans doute un autre guide pour expliquer la notion de noyau, et d'Unix, voyez ça simplement comme les "fondations" d'un système d'exploitation, et c'est sur ces fondations qu'est basé Linux). 2 - Caractéristiques de Linux Linux est donc un système d'exploitation libre, basé sur le noyau UNIX. Ce qu'on entends par Libre est qu'il donne à son utilisateur les quatre possibilités : la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages. la liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à ses besoins. la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies). la liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté. Depuis, Linux est un système d'exploitation qui s'est développé et déployé en de nooooombreuses distributions. Il n'existe pas UN Linux, il existe des tas de distributions qui le compose. Une distribution est une sorte de "système d'exploitation (basé sur Linux) ayant été modifié pour avoir des buts précis". C'est pas rigoureux mais c'est la définition la plus cohérente que j'ai pu trouver. Exemple : Lorsqu'on a voulu héberger des serveurs sous Linux, on a crée/modifier une distribution dont les fonctionnalités et le code sources auraient été optimisées pour être utilisées sur un serveur. Par exemple, la distribution Debian (prononcez Débiane) est une distribution (ou une branche/dérivée basée sur Linux) orienté vers la gestion de serveurs -mais pas que-. Vous l'aurez compris, il existe des tas de partitions qui ont toutes un but précis, ou sont plus orientées vers tel ou tel aspect, etc... Pour mieux comprendre l'aspect des distributions, voici une image qui les illustre. Je l'ai mise en spoiler, vous verrez pourquoi. Ubuntu / Fedora / Debian sont les distributions les plus connus du grand publique car ce sont celles qui sont les plus ergonomique Ainsi, Linux est libre, comparé à Windows/Mac, donc les sources sont consultables, mais à priori si vous lisez ce guide c'est que vous avez d'autres choses à apprendre avant de lire -et comprendre- le code source du système d'exploitation qu'est la distribution que vous choisirez peut-être. La chose sympa quand on a un système libre est qu'il est gratuit, totalement, vous pouvez l'installez n'importe où, sur presque n'importe quoi : aucun soucis de licence ! Oui, j'essaie de vous inciter à l'installer/l'essayer, et alors ? Maintenant que vous avez à peu prêt cerné ce qu'était Linux, comment se déclinait le système d'exploitation, la notion des distributions Linux, je vais désormais vous parler objectivement des avantages et désavantages d'utiliser linux. 3 - Les avantages... Plus léger que Windows/Mac (sauf Ubuntu), donc bien moins consommateur : certaines distributions linux peuvent tourner sur des petits PC qui ne supportent pas Windows (sur un 512 ram avec 20 go de stockage, avec une upgrade depuis windows XP pré-release, ça tourne mieux). Possibilité de changer l'interface. Contrairement à Windows/Mac, voyez linux comme une voiture très modulable. Elle est visuellement moche ? Des interfaces graphiques (GUI) pour l'ensemble du systèmes sont disponibles, et peuvent être installées / désinstallées très facilement pour changer d'environnement. Voilà à quoi peut ressembler un système d'exploitation sous Linux, avec l'interface graphique Gnome 3 (lien du site). Le site est en anglais, donc l'image aussi du coup. Linux est assez déroutant, et il est beaucoup plus long de s'y adapté du fait que, oui, la console est un outil majeur (j'y reviendrais) même avec l'interface, mais à partir du moment où on a prit ça en main, on est beaucoup plus efficace sur un ordinateur qu'avec Windows. Par exemple, là où sur Windows, les mises à jours sont longues, ne concernent que le système, et les logiciels sont mis à jour séparément, là ce n'est plus le cas, car là ... ... Tout est centralisé sur les dépôts officiels de votre distribution ! Logiciel, mises à jours, sources consultables, tout y est. Et en une simple ligne de commande (par exemple "yum update" dans la console Fedora), Linux vérifiera automatiquement toutes les mises à jours faisables sur votre ordinateurs. L'architecture et l'organisation des dossiers est différente de Windows. C'est un avantage est un désavantage mais, à mon sens, l'ensemble de l’arborescence est beaucoup mieux pensée et le moindre logiciel, fichier, à sa place en fonction de sa nature. 4 - Les désavantages... L'intégration : Ce qui est à mon sens le plus gros points négatif de Linux est que beaucoup d'applications, logiciels et jeux ne seront pas compatibles : oubliez iTunes, les jeux blizzards etc... Même si les jeux commencent à s'intégrer de plus en plus sur linux via valve. Assez déroutant de comprendre comment linux fonctionne, l'arborescence, la console : il faut apprendre comment se servir des consoles. C'est comme tout après, il faut s'y habituer voilà tout. Avec Linux, TOUT est possible, tout est configurable, tout est paramétrable, mais si vous avez un problème : il faut vous débrouillez tout seul (ou poster la question sur Melinyel). 5 - Les clichés de Linux... « C'est que en console graphique, et c'est moche à utiliser !! » Un simple exemple en cliquant juste là . Si tu connais pas la console linux, tu peux rien faire. Faux, la console peut tout faire, mais tu peux très bien t'en sortir sans utiliser la console. Même si a terme, il faudra la maîtriser. L'installation est compliquée. Tout aussi simple que Windows. La seule complication est de modifier le bios pour démarrer sur le secteur d'installation (j'y reviendrais plus tard). J'en ai pas d'autres en têtes, postez-en à la suite et je les ajouterais. 6 - Conclusion Linux est un système d'exploitation non pas pour le grand publique mais pour tout les adeptes de l'informatique, qui peut grandement vous faciliter la vie quand vous en aurez totalement prit le contrôle (au début vous allez trouver ça très compliqué et pas utile). http://en.wikipedia.org/wiki/Linux J'attends vos remarques et/ou vos questions ! Tutoriel rédigé par Azad, pour Melinyel, le 19/03/2014. Merci de ne pas le copier sans me citer ainsi qu'en mettant un lien vers Melinyel.
  11. Crée un personnage est une alchimie complexe et subtile. Un petit rien peu gâché tout u personnage, le rendre énervant, peu crédible, too much, …. Ensemble, nous allons voir comment se torturer les neurones pour aboutir à un personnage équilibré. Il n’y a pas de bonne méthode pour imaginer et donner vie à un personnage. En revanche, les erreurs peuvent être nombreuses, nous allons donc passer en revue les erreurs les plus courantes et voir comment les éviter. Nous allons d’abord aborder quelques points théoriques avant de continuer avec la création d’un personnage principal, puis d’un personnage secondaire. Justement, commençons par différencier un personnage principal d’un personnage secondaire. Un personnage principal est une création pure. Il est central au récit et fait avancer l’intrigue. Toutes ses caractéristiques (traits, fonction, histoire, psychologie, …) sont imaginées et travaillées par l’auteur. Un personnage secondaire est une création contrainte. C’est-à-dire que le récit a besoin de tel ou tel personnage pour avancer et donc on le rajoute. Pour créer de la richesse dans le récit, il faut compléter ses caractéristiques. Quelques exemples pour illustré tout ça : Parmi les personnages principaux on trouve bien sur les héros (Harry Potter, le commandant Shepard, Gandalf, tous les super-héros, …), les opposants (Voldemort, l’Augure, Sauron, tous les super-méchants, …) ainsi que tous les personnages d’articulations (Hagrid, Joker, Gollum, tous les « meilleurs-amis-du-héros », …). Les personnages secondaires sont tous les personnages non principaux qui ne sont pas de simples figurants. Par exemple : des personnages principaux se réunissent régulièrement dans un bar et connaissent le barman. Ce dernier devient alors un personnage secondaire, il aura un nom, une fonction, une histoire, une manière de discourir, etc... Un personnage est composé de 3 composantes indispensables et interdépendantes : sa psychologie (avec son background, son histoire), son physique et sa mise en contexte (dénomination, fonction, situation, …). Ces 3 aspects sont à créer conjointement, mais la manière de s’y prendre diffère selon le personnage que l’on souhaite créer. Ces aspects seront dans la suite du tutoriel. Dans tous les cas, il convient de commencer par établir les aspects du personnage qui sont indispensables. Par exemple : un soldat d’une trentaine d’années, courageux, compétant, sérieux. Autre exemple : Jeune femme, archère, humour cynique, effrontée. Ces briques de bases sont en général déterminées par l’histoire que l’on souhaite raconter. Tous les autres aspects sont à construire autour de ses quelques mots. Un dernier point avant de commencer, il faut toujours avoir à l’esprit qu’un récit, quel qu’il soit et sur n’importe quel support est là pour éveiller l’imaginaire. Alors, prenez un crayon, mettez-vous une bonne musique d’ambiance et réveillez votre imaginaire ! Personnage principal Pour illustrer la création d’un personnage principal, je vais utiliser deux personnages de mon roman. Personnage n°1 : Jeune Reine du peuple des Hastris, courageuse, noble, aventureuse, charismatique. Personnage n°2 : Prince du peuple des Qrythars, rebelle, calme, ouvert d’esprit. Le rôle / la fonction Définir la fonction d’un personnage principal est essentiel. C’est un aspect du personnage qui doit être définitif assez rapidement. Il convient de bien développer cet aspect et d’aller au-delà d’un « c’est le héros de mon histoire ». Un personnage central est très rarement seul. En revanche, s’il est central, c’est qu’il possède quelque chose de singulier : ce pourquoi l’histoire mérite d’être centré autour de ce personnage. C’est cet aspect qui est à définir : mon personnage est intéressant parce-que… Personnage 1 : Elle est de noble naissance, a la particularité d’être une des rare métisses Hastris / Mage. Elle est douée d’un grand sens intuitif et d’une affinité particulière avec un dragon. Grâce à son charisme elle parvient à convaincre et inspire naturellement la loyauté. De par ses talents, elle va pouvoir s’entourer des meilleures personnes pour accomplir ses objectifs. Personnage 2 : Prince rebelle, douté d’un don pour le commandement et la stratégie. Sa rébellion envers son père apporte une vision nouvelle de son peuple aux autres espèces. Son histoire Donner une histoire à un personnage apporte énormément au récit. Cela permet de crédibiliser le personnage, de lui donner une expérience. Mais cela permet aussi de crée des anecdotes et des références dans le récit. Dans certains récits, le background du personnage est absolument essentiel. Pour ne citer que lui : que serait Batman sans son passé ? Le background est un point incontournable d’un personnage principal. Il s’agit d’expliciter comment le personnage est devenu ce qu’il est au moment du récit. Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut TOUT déterminer et TOUT dire, bien au contraire. Garder une part de mystère quant au passé d’un personnage est un bon moyen pour créer un attachement au personnage. Le lecteur va chercher à savoir qui il est, et cela va éveiller son imaginaire. Révéler des aspects du background d’un personnage est également un bon moyen de créer un rebondissement. Personnage 1 : Elle a passé une enfance heureuse avec sa jumelle et sa meilleure amie. Elle reçoit une éducation avancée, apprends les arts, l’histoire, les langues étrangères. Après quelques années, sa sœur jumelle prend de la distance et va vire dans un autre pays pour apprendre la magie. Cette séparation a été douloureuse. Dans son adolescence, elle trouve par hasard un œuf de dragon. Le dragon deviendra son animal de compagnie. Une fois le dragon adulte, celui-ci s’en va vers les hautes montagnes. Une nouvelle séparation qui l’affecte profondément. Chacune de ses séparations la rapproche d’avantage de sa meilleure amie. Personnage 2 : Il a grandi dans l’ombre de père. Il a été élevé pour devenir un chef militaire. N’ayant que peu de relations avec ses semblables, il ne lie aucune amitié forte avant son âge adulte. Ayant une certaine curiosité pour la vie en-dehors du monde qu’il connait, il cherche par tous les moyens à trouver une voie qui lui permettra de se révéler. La psychologie Déterminer la psychologie d’un personnage, voilà une tâche qui peut s’avérer longue et délicate. C’est cet aspect qui est le plus délicat à manier et qui peut donner naissance à de véritables ratages malgré de bonnes bases. Il y a deux manières d’aborder le problème. Première solution : créer une psychologie brute et s’en servir pour déterminer les actions et réactions du personnage. Exemple : mon personnage est dans tel situation et pense de cette manière : donc il va faire ça ! Cette méthode peut s’avérer être un véritable cauchemar pour les néophytes. Elle implique de pouvoir créer un état d’esprit complet et complexe et d’arriver à se projeter dans le personnage. Seconde solution : procéder à l’inverse. Se dire : mon personnage est dans telle situation. Comment je veux qu’il réagisse ? Plus simple et abordable, cette méthode a néanmoins quelques failles. La psychologie ainsi créée est moins profonde et est plus rattachée à celle de l’auteur. Un bon moyen de palier au problème est d’utiliser les deux méthodes. Commencer par utiliser la seconde pour déterminer les grands axes psychologique des personnages et les affiner dans un second temps. Pas d’exemples concrets pour ce cas : un profil psychologique est assez long et pas très digeste. Il s’agit essentiellement d’un listing d’actions, de réactions, de mimiques, phrases, etc… Les traits Même si un personnage ne sera pas représenté en image, il faut pour autant le définir physiquement. Tout simplement pour pouvoir le décrire et, encore une fois, faire travailler l’imaginaire du lecteur. C’est à ce point que la construction du personnage peut aboutir à de véritables chefs d’œuvres. En effet, le physique d’un personnage peut être en totale adéquation avec ses actions, sa psychologie, en décalage ou en total contraste. Plutôt que de longues explications voici quelques personnages qui illustrent ces cas : Personnages en adéquations physique/psychique : Kratos (God of War), Indiana Jones, Gollum (le Seigneur des Anneaux). Personnages en décalages : Tyrion Lannister (Game of Thrones), Samara (Mass Effect), Ellen Ripley (Alien) Personnages en contrastes : Arya Starck (Game of Thrones), Yoda (Star Wars), Jiggsaw (Saw) Personnage 1 : Age : 21 Taille : 1m80 Poids : 75 kg Cheveux : Roux Yeux : Verts Personnage 2 : Age : 35 Taille : 2m35 Poids : 105kg Cheveux : Gris-Vert Yeux : Noir Le nom Enfin, il ne reste plus qu’à nommer le personnage. C’est quelque chose qui est relativement libre à condition qu’il soit cohérent avec l’environnement culturel du personnage. C’est-à-dire qu’il vaut mieux éviter d’appeler un personnage asiatique Eléonore-Jane von Kraggenberg à moins que cela ne serve explicitement le récit. Il est également préférable d’opter pour des noms faciles à retenir : si le lecteur ne retient pas le nom du personnage cela affaibli son immersion. Au besoin utiliser la technique du diminutif, c’est simple à utiliser et redoutablement efficace. Personnage 1 : Rysa de Lordan Personnage 2 : Ertherys Personnage secondaire Globalement, la création d’un personnage secondaire est la même que celle d’un personnage principal. Nous allons, juste voir quelles sont les quelques particularité à prendre en compte pour créer efficacement des personnages secondaires. Dans la majorité des cas, on créer un personnage à cause d’un besoin dans le récit. La fonction du personnage n’est donc pas un problème. De même pour la psychologie, si un personnage secondaire à une psychologie particulière c’est sauvent à cause d’un besoin du récit. Une psychologie singulière est à éviter pour un personnage secondaire, cela risque de donner moins d’importance aux personnages principaux. Donc, seul reste les éléments de background et physique. La seule chose à préciser est qu’il ne faut pas occulter les personnages principaux en créant des personnages secondaires trop intéressent. Mais, ils doivent être suffisamment intéressent pour donner de la richesse et de la profondeur au récit. Voilà, j’espère que ce guide va vous aider à créer des personnages hauts en couleur.
  12. Je vous propose un guide pour suivre comment a été dessinée la couverture de mon roman : Le Monde des Lunes – Crépuscule 1. Logiciel : Photoshop CS5/6 Niveau : Intermédiaire Matériel conseillé : Tablette graphique, un écran HD Notions utilisées dans Photoshop : Calques Calques dynamiques Calques liés Mode de fusion Masque Brush Voici donc l’image que nous allons décortiquer : Préparer une image de 11,1cm sur 17cm avec une résolution de 300ppp. Le mode de couleur est classique : RVB 8bits/couche. Pour pouvoir s’organiser assez facilement dans ce guide, je recommande de regrouper les calques dans dossiers consacrés à chaque partie (un dossier « Ciel », un dossier « Mer », etc…). Attention : ce guide ne vous expliquera pas comment vous servir de Photoshop. 1. Le ciel Pour commencer : une couleur de fond. Ajouter un calque de couleur unie avec la couleur : #4b90ca A présent, le but est d’amener une première gestion de la lumière qui va délimiter les espaces. Pour cela, ajouter un calque Dégradé lié au calque précédent. Le dégradé est de couleur noire (#000000), son opacité va de 100% à 0%. Choisir le mode de fusion Lumière vive. Répéter la même opération en créant cette fois un calque blanc (#ffffff), avec une opacité allant de 0% à 100%. Pour ce dernier calque mettre une échelle de 50%. Il ne reste qu’à délimiter l’espace de notre ciel, pour cela ajouter un masque aux deux dégradés que la partie basse de l’image. Avec un horizon de délimiter, nous pouvons ajouter le soleil. Dans un calque, utiliser l’outil Dégradé pour créer le halo lumineux un point de pinceau classique en dureté 0 pour le cœur. Dernière étape pour la partie « ciel » : les nuages. Les nuages sont dessiner à la tablette avec un pinceau éponge. La transparence et la diffusion sont réglées sur la pression du stylet. La dynamique de la forme est activée pour offrir une légère variation du motif. Enfin, rajouter de l’ombre aux nuages. Pour cela, créer un nouveau calque, le lier au calque des nuages. Ajouter un effet d’incrustation couleur noire (#000000) sur le calque. Dans ce calque dessiner légèrement du noir sur le haut des nuages. 2. La mer Commencer par crée un calque de couleur unie avec la couleur : #38494d. Puis le masque pour correspondre à l’inverse du ciel. Appliquer le même masque sur tout le dossier de la mer. Comme pour le ciel, nous allons appliquer un effet pour rendre une impression de profondeur sur la mer. Reprendre les mêmes paramètres que pour le calque dégradé blanc du ciel. Choisir le mode de fusion Incrustation, et lier ce calque à celui de la couleur de la mer. Ensuite, ajouter une texture de vagues (voir le fichier joint en dessous). Ajouter un effet d’incrustation en dégradé : de la couleur #ffffff vers #404040 à opacité de 100%, angle de 0°, style Réfléchi, échelle de 34%, opacité de 58% et mode de fusion Densité couleur +. Rendre les vagues plus lumineuses. Pour cela, ajouter un calque Courbes. Sur la courbe RVB, rehausser la sortie du noir de 0 jusqu’à 74. Maintenant, nous allons ajouter la réflexion du soleil sur la mer. Nous allons réaliser cette étape en deux parties. La couleur des dessins utilisées pour les deux étapes est : #fffdc5. En premier, dessiner un rayon long et fin. Pour cela, dessiner un triangle très allongé, la base faisant environ 20% de la largeur du soleil et la base centrée sur le soleil. Utiliser l’outil doigt pour flouter le bas du rayon. Enfin avec la gomme effacer progressivement la fin du rayon. Utiliser le mode de fusion Incrustation sur ce calque. En second lieu, effectuer la même procédure sur un nouveau calque en dessinant un triangle ayant pour base 80-85% de la largeur du soleil et se terminant à mi-course avec la fin du rayon. Next, corriger la couleur de la mer en ajoutant un calque Filtre photo avec pour filtre Bleu profond et une densité de 30%. Dernière étape pour la mer, améliorer l’horizon. Dans un nouveau dossier en dehors du dossier de la mer (pour ne pas que le masque s’applique sur celui-ci), ajouter un calque Dégradé. Le dégradé est paramétré comme suit : départ en noir (#000000) à la position 75% et fin en blanc (#ffffff) en position 100%, opacité à 100%. Style de dégradé : Réfléchi, échelle 10%, Inversé, angle de 90°. Appliquer le mode de fusion Densité couleur – sur le calque et un fond à 36%. 3. Le sol Pour débuter le sol, dessiner grossièrement en couleur verte (#1f3119) la zone qui sera recouverte par le sol. De préférence utiliser un pinceau non lise pour créer une bordure un peu brouillée. Ensuite, à l’aide de brushs d’herbes et sur un nouveau calque, dessiner de l’herbe par-dessus le sol. Faire plusieurs passages avec des couleurs différentes #1f3119, #584632, #242015. Dernière étape pour le sol, régler la lumière pour l’herbe. Pour cela, créer un calque Dégradé lier au calque de l’herbe paramétré comme suit : de #16120b à la position 0% et à opacité de 100%, jusqu’à #52472f à la position 100% et à opacité de 0%. Style Linéaire, angle de 68° et échelle de 25%. Appliquer le mode de fusion Incrustation. Enfin, créer un nouveau calque. Appliquer un Filtre > Rendu > Nuages avec les couleurs noir et blanc dans le sélecteur de couleur. Appliquer un nouveau filtre : Filtre > Atténuation > Flou radial. Indiquer une valeur de 50, mode Zoom et une qualité Supérieur. Lier ce calque à celui de l’herbe. Appliquer le mode de fusion Densité couleur -. Pour affiner le résultat, crée un masque sur ce calque et atténuer la partie peu éclairée de l’herbe. 4. Le personnage Ça y est ! On attaque le lourd ! Je vais diviser cette partie en deux, le corps du personnage et son équipement. Je conseille de faire de même dans les dossiers de calques de Photoshop. Comme vous vous en douter il y a pas mal de choses que je ne vais pas pouvoir expliquer comment c’est fait. Tout simplement parce-que c’est dessiner et que je n’aurais le temps d’aborder ces sujets dans ce tutoriel (peut-être un autre tuto consacré au dessin de personnages ? Parce-que oui : ça s’apprends). Néanmoins, cette partie reste intéressante pour ceux qui ne savent pas du tout dessiner. 4.1. Le corps Les dessins sont fait en niveaux de gris uniquement, la couleur sera ajouter par la suite. En premier, dessiner la cape du personnage pour placer l’ensemble du corps et des éléments (membres, tête, orientation, équipement). Ajouter le pied et le bras droit du personnage Dessiner la tête, donc dans notre la chevelure du perso. Ajuster la luminosité de la cape pour qu’elle corresponde à l’éclairage de la scène. Faire cela avec un calque lié sur lequel on dessine la correction. Par le même procédé, donner une texture et une coiffure au personnage. Notre personnage à les cheveux très cuivré, donc nous allons les colorer. Ajouter un calque Courbe de transfert de dégradé lié au calque des cheveux. Le dégradé va de la couleur #000000 à la couleur #be220d. Et voilà, plus qu’à ajuster l’éclairage des cheveux. Sur un calque lié en mode de fusion Incrustation, dessiner les zones de lumières et d’ombres. Les zones blanches du calques seront légèrement « irradiée » et donnerons un effet de reflets et de brillance dans les cheveux. 4.2. L’équipement Il y a 3 équipements à dessiner, une épée, un carquois et un arc. En premier lieu l’élément le plus en dessous, l’épée. Dessiner à la tablette l’épée et ajouter quelques effets de lumières aux extrémités. De même pour le carquois, le schématiser avec quelques flèches dans un nouveau calque. Dernier élément, l’arc. Le dessiner dans un calque propre. Accentuer le relief de l’arc, pour un meilleur rendu, le corps doit être clairement plus épais que la corde. Désormais, nous allons pouvoir finir d’ajuster la luminosité sur l’équipement. Commencer par l’épée. Pour finir l’épée, ajouter deux saphirs incrusté. Ensuite, à l’aide d’un calque lié dans le mode de fusion Densité linéaire +, fond à 37% : incruster une texture boisée au carquois (une simple image de bois contre-plaqué fait l’affaire). Plus qu’à ajuster la lumière sur le carquois toujours avec les mêmes méthodes. Incruster du blanc et du noir sur un calque lié. Nous avons presque fini la lumière du personnage. Il ne reste plus que l’arc, toujours avec les mêmes techniques. Toute dernière étape pour le personnage, améliorer son intégration dans le paysage. Pour cela, ajouter un masque au dossier du personnage. Masquer la partie basse du personnage avec le même brush utilisé pour l’herbe. 5. Les effets Nous en avons fini avec le dessin. Il reste à ajouter les derniers effets sur l’ensemble de l’image. En premier lieu, redéfinir la colorimétrie. Ajouter un calque Courbe de transfert dégradé avec le dégradé suivant : en position 0% la couleur #0d0d0d, à 30% : #5e221b, à 55% : #ea7f30, à 80% : #f5cf59 et enfin à 100% la couleur #ffffff. Ensuite, ajouter la luminosité et le rendu de couleur. Ajouter un nouveau calque Courbe de transfert dégradé, avec comme paramètre le dégradé noir et blanc par défaut. Choisir le mode de fusion Luminosité. Puis ajouter un calque Courbes. Sur la courbe RVB, rehausser légèrement la sortie des tons sombres. Pour terminer, réaliser un effet de vignettage sur l’image. Pour cela, ajouter un calque en mode de fusion Incrustation à opacité de 50%. Assombrir le haut et le bas de l’image. 6. Rendu final Et voilà le résultat final. Si certains d’entre vous s’amusent à reproduire cette image, je suis assez curieuse de voir ce que ça donne !
  13. Voici surement l'un des jeux qui a le plus marqué l'époque ou nous somme actuellement. Des millions d'exemplaires vendus, une versions PC, Xbox 360, PS3, ainsi qu'une version pour mobiles et tablettes (IPhone, Android). Peux de jeux arrive à ce développer autant, et Minecraft n'a pas réussi cette exploit par chance. Poussé par son immense communauté, Minecraft va repousser les limites du SandBox avec de nombreuses mises à jour ainsi qu'un flux constant de nouveautés faites par la communauté. Minecraft doit son succès grâce à la liberté qu'il offre au joueur. On peut y faire absolument tout ce que l'on veut. Bien qu'une phase de Minage intensifs et de constructions pour les prémices de sa maison sois très recommandé, libre à vous de ne pas le faire. Si vous voulez vous prendre pour le seigneur des cochons, faite. Il y a toujours un moyen. C'est ça la véritable force de Minecraft, la liberté. Beaucoup abandonne leurs idées les plus farfelus à cause de certains obstacle qui leurs semble imperméable, mais sachez que dans Minecraft, aucun obstacle ne peut résister à votre créativité. Pour vous aidez, vous avez les Maps, qui vont vous faire partager les créations d'autres joueurs, les Mods, qui consiste à apporter des modifications supplémentaires à votre jeu, les RessourcesPack, pour le rendre plus beau, ou encore depuis quelque temps, les CommandsBlocks, qui vont vous permettre de plier le jeu à votre volonté de Fer. Minecraft, c'est vous. Enfin, Minecraft ce transforme pour vous. Minecraft est plus qu'un jeu, c'est votre univers. Un bon joueur ne trouve jamais la lassitude. Les nouveautés constantes et les milliers de possibilités peuvent vous occuper pendant des années. Il faut juste trouver son style. Même si le jeu offre un mode survie des plus fournis et un mode créatif des complets, une bonne partie de l’intérêt du jeu est le Multijoueur. En vue des multitudes de possibilités à plusieurs, Mojang n'a pas attendu longtemps pour donner au joueur la possibilité de créer leur propre serveurs. Si au début les serveurs étaient petit, limité et très orienté survie entre amis, le PvP n'a pas prit longtemps à faire son apparition. Cette facette du Multijoueur est aujourd'hui la plus connut, bien que la vie en communauté sur Minecraft est aussi des plus rependus. La survie était ce que Notch (Le créateur de Minecraft) voulait le plus développer. Pendant toute la Alpha et une grande partie de la Béta, la seul préoccupation des développeurs a étais d’enrichir et instaurer les bases de ce futur grand jeu, par le biais d'ajouts diverses et variés comme de nouveaux mobs, blocks ou encore fonctionnalités nouvelle. Avec les récentes mise à jour, une bonne partie technique a était instauré pour que tout ceux qui aimes le Challenge est quelque chose à faire. On peut par exemple noté l'apparition de la RedStone, des commandes pures, des mécaniques de jeu plus poussé ainsi que plus récemment, l'apparition des CommandesBlocks et de leur développement. Nous voilà au début d'un gros guide qui va me prendre pas mal de temps. J'éspère que cette modeste introduction va vous donner envie de suivre mon grand guide sur Minecraft. A plus !
  14. Voici un petit tutoriel fait maison pour donner à vos photos un aspect irréel de rêve et d'enchantement ! Tout d'abord, il faut savoir que toutes les photos de se prêtent pas à ce genre de manipulation ! Préférez des portraits ou des paysages ! J'ai donc choisi une photo random pour vous montrer un peu comment faire ! Voici donc la photo de base : On ouvre donc cette photo dans Lightroom, et l'on clique sur l'onglet "développement". Procédons tout d'abord par les réglages de base ( contraste, lumière, balance des blancs, noirs, et les couleurs) comme ceci (tous les réglages qui seront fait peuvent être modifiés à votre guise !! ) Ensuite, nous allons utiliser un filtre pour modifier le décors et l'environnement de la jeune fille mais pas son visage ! (filtre = petit rond avec le point à l'intérieur sous l'histogramme) On peut le placer comme ceci : Et l'on règle la teinte et la température pour changer les couleurs ! On réglera également la douceur de la photo avec le curseur "clarté" dans les moins. On valide, et ensuite on effectue quelques derniers réglages, comme encore un peu de contraste, ou la lumière, etc... Voilà ! Et le rendu final : Une ambiance douce et irréelle ! Personnellement j'adore ce genre de photos ^w^ J'espère que ce tuto vous aura plu et vous sera peut-être utile un jour ! J'en ferai d'autres sous lightroom ou autre logiciels photo à votre demande ! Un petit avant-après pour se rendre compte des changements : AVAP.bmp
  15. Un site web est dans la plupart des cas très complexe en réalité. En effet, lorsque vous cherchez à accéder à une page d'un site, vous envoyez une requête à l'hébergeur avec les informations que vous voulez obtenir à la fin. L'hébergeur va traiter cette requête en fonction des critères puis il vous enverra un code HTML que le navigateur sera capable de traduire. Fonctionnent d'un site web : Lorsque vous naviguer sur une page internet, vous êtes amené, sans le savoir, à envoyer une requête voir plusieurs au serveur du site en question. Le serveur va traiter cette requête et gérera la page en fonction des critères de celle-ci avant de vous l'envoyer. Schéma d'une requête à un serveur dans le cas d'une site statique. © OpenClassrooms Selon le type de site que vous voulez réaliser plusieurs langages vont s'ouvrir à vous. Un site statique est principalement codé en HTML et CSS, donc le webmaster doit modifier le code source à chaque mise à jour du site. Au contraire, un site dynamique aura des fonctions beaucoup plus avancées grâce notamment au PHP et au SQL qui permettront, combiné ensemble, de créer des interface ajoutant dynamiquement via un formulaire du contenu sur le site. Schéma d'une requête à un serveur dans le cas d'une site dynamique. © OpenClassrooms Ainsi, les langages HTML et CSS sont conçus pour mettre en forme le site tandis que le PHP et le MySQL sont conçus pour dynamiser le site. Ces quatre langages ne sont pas les seuls bien sûr, il en existe bien d'autres comme le JavaScript permettant l’exécution de scripts par le navigateur chez l'internaute ou bien encore le ASP .NET et le Django. Schéma d'une requête à un serveur dans le cas d'une site contenant un script JavaScript. © OpenClassrooms Programmer son site web : Pour réaliser un site web complet, vous aurez besoin de nombreux outils et surtout de beaucoup de temps. Pour commencer, un serveur web : Apache vous permet de créer et d'héberger votre propre site. Combiné à Apache, PHP vous permettra d'utiliser le langage PHP dans tous vos scripts réaliser sur votre serveur web. Enfin, PHP ne sort jamais sans bases de données, je vous propose donc le célèbre système de gestion de base de données (SGBD) MySQL qui vous permettra de stocker des données de votre site dans les bases de données de MySQL. Pour coder votre site web, je vous laisse le choix entre plusieurs outils : le Bloc-notes (classique mais fonctionne très bien), Notepad++ (bien mieux que le bloc note) ... Ça fait beaucoup de logiciels à installer, heureusement, des logiciels regroupent ces trois logiciels (Apache, PHP, MySQL) et vous permettent de contrôler votre serveur web bien plus facilement. Notamment Xampp compatible avec Windows et Linux, Wamp compatible avec Windows ou encore Lamp. De nombreux guides existent vous permettant d'apprendre à créer un site web de A à Z : Cours OpenClassroom sur le HTML/CSS : Cours très instructif pour concevoir un site statique et élégant.Cours OpenClassroom sur le PHP/MYSQL : Cours très instructif pour concevoir un site dynamique. Cours OpenClassroom sur le PHP orienté objet : Cours très instructif pour utiliser les objets en PHP. Documentation officiel PHP : Très utile quand vous recherchez des fonctions ou pour connaitre l'utilité d'une d'entre elles.
×
×
  • Create New...