Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'tutoriel'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Discussions communautaires
    • Annonces importantes
    • Suggestions
    • Postulation
    • Présentation des membres
    • Discussions générales
    • Multimédias
    • Jeux vidéos
    • Actualités
    • Aide / Support
    • Études
    • Archives
  • Informatique
    • Projets des membres
    • Autres / Divers / Découvertes
    • Crypto-monnaie(s)
    • Réseaux
    • Gestion de serveur
    • Système d'exploitation : Smartphone
    • Système d'exploitation : Ordinateur
  • Programmation
    • Projets des membres
    • Développement web
    • Développement de logiciels
    • Développement d'applications pour smartphones
    • Outils du développeur
    • Aide / Support
  • Emulation
  • Partenariats

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Skype


Site web


AIM


MSN


ICQ


Yahoo


Jabber


Tox


Centres d'interêts


Localisation


Study level

Found 78 results

  1. Bonjour à tous ! Aujourd'hui nous nous attaquons à un tutoriel assez long ! Je vous préviens tout de suite ! Si vous n'avez pas de connaissance en PHP / HTML il est inutile de poursuivre ce tutoriel. Nous allons donc comme dit plus haut utilisé du PHP & du HTML pour réaliser ce tutoriel. 1 - Système de connexion C'est partie ! On s'occupe en premier de la base de donnée : Nous allons donc créer un table nommer "membre" qui regroupera tous les membres du site. CREATE TABLE membre ( id int(11) NOT NULL auto_increment, login varchar(8) NOT NULL, password varchar(8) NOT NULL, PRIMARY KEY (id), KEY ID_2 (id) ); Ici on stocke : L'id, le Pseudo & le Password du membre. Ensuite on créer la page LOGIN.PHP & on insére formulaire HTML de connexion : <form method="post" action=""> <legend>Connexion au Panel</legend> <div class="form-group"> <label class="col-lg-2 control-label">Login</label> <div class="col-lg-10"> <input type="text" class="form-control" name="login" placeholder="Login"> </div> </div><br/><br/><br/> <div class="form-group"> <label class="col-lg-2 control-label">Mot de passe</label> <div class="col-lg-10"> <input type="password" class="form-control" name="password" placeholder="Mot de passe"> </div> </div> <br/><br/><center><button type="submit" name="submit" class="btn btn-primary">Connexion</button></center> </form> Ensuite on créer le système qui vas vérifier & nous connecter : <?php // on se connecte à MySQL $db = mysql_connect('localhost', 'login', 'password'); mysql_select_db('nomdelabase',$db); if(isset($_POST) && !empty($_POST['login']) && !empty($_POST['password'])) { $_POST['password'] = hash("sha256", $_POST['password']); extract($_POST); // on recupére le password de la table qui correspond au login du visiteur $sql = "select password from membre where login='".$login."'"; $req = mysql_query($sql) or die('Erreur SQL !<br>'.$sql.'<br>'.mysql_error()); $data = mysql_fetch_assoc($req); if($data['password'] != $password) { echo '<div class="alert alert-dismissable alert-danger"> <button type="button" class="close" data-dismiss="alert">x</button> <strong>Oh Non !</strong> Mauvais login / password. Merci de recommencer ! </div>'; } else { session_start(); $_SESSION['login'] = $login; echo '<div class="alert alert-dismissable alert-success"> <button type="button" class="close" data-dismiss="alert">×</button> <strong>Yes !</strong> Vous etes bien logué, Redirection dans 5 secondes ! <meta http-equiv="refresh" content="5; URL=dashboard"> </div>'; // ici vous pouvez afficher un lien pour renvoyer // vers la page d'accueil de votre espace membres } } else { $champs = '<p><b>(Remplissez tous les champs pour vous connectez !)</b></p>'; } ?> Ensuite nous modifions la ligne : // on se connecte à MySQL $db = mysql_connect('localhost', 'login', 'password'); mysql_select_db('nomdelabase',$db); Ici vous entrez les identifiants de connexion à la base de donnée. Voilà, la connexion est terminée. Maintenant nous passons au plus dur ! 2 - Système d'inscription Ici on créer une page REGISTER.PHP & on créer le système d'inscription. Enfaite ce n'est pas réellement le plus dur car ici nous nous servirons tout simplement d'un système de news en php mais nous le modifierons un petit peut ! Alors go : On créer le formulaire d'inscription et on l'insère dans la page <form method="post" action=""> <legend>S'inscrire sur le site</legend> <div class="form-group"> <label class="col-lg-2 control-label">Login</label> <div class="col-lg-10"> <input type="text" class="form-control" name="login" placeholder="Login"> </div> </div><br/><br/><br/> <div class="form-group"> <label class="col-lg-2 control-label">Mot de passe</label> <div class="col-lg-10"> <input type="password" class="form-control" name="password" placeholder="Mot de passe"> </div> </div> <br/><br/><center><button type="submit" name="submit" class="btn btn-primary">S'Inscrire</button></center> </form> Et on créer le système ! IMPORTANT : Ici nous effectuons une connexion MYSQL PDO (beaucoup plus sécurisé) et tout à l'heure le système était fait de sorte à utiliser une connexion MYSQL BASIQUE qui bientôt disparaitra ... C'est partie : <?php //Connexion à la BDD try { $bdd = new PDO ('mysql:host=localhost;dbname=nomdelabase', 'login', 'password'); } catch(Exception $e) { die('Erreur :'.$e->getMessage()); } if(ISSET($_POST['submit'])) { //On créer les variables $login = $_POST['login']; $password = $_POST['password']; $password = hash("sha256", $password); $req = $bdd->prepare('INSERT INTO membre(login, password) VALUES (:login, :password)'); $req->execute(array("login" => $login, "password" => $password)); if(!empty($login) && !empty($password)) { }else{ ?> <b>Pseudo ou MDP vide !</b> <?php } if(empty($login) && empty($password)) { }else{ session_start(); $_SESSION['login'] = $_POST['login']; header('Location: dashboard'); } } ?> La connexion PDO est ici : <?php //Connexion à la BDD try { $bdd = new PDO ('mysql:host=localhost;dbname=nomdelabase', 'login', 'password'); } catch(Exception $e) { die('Erreur :'.$e->getMessage()); }[/php] Il ne vous reste plus qu'à changer : [php]('mysql:host=localhost;dbname=nomdelabase', 'login', 'password')[/php] Et ici aussi pour le lien de redirection une fois que la SESSION à démarrée : [php] session_start(); $_SESSION['login'] = $_POST['login']; header('Location: LIEN-DE-REDIRECTION'); 3 - Système de vérification ICI nouveau problème : Si on essaye d'accèder à une page qui normalement doit être réservé au personne connectées, par exemple : panel.php. Et bien nous y avons quand même accès même déconnecté ! Nous allons résoudre ce problème avec une page nommée vérif.php. On y inclue ce code : <? session_start(); /* si la variable de session login n'existe pas cela siginifie que le visiteur n'a pas de session ouverte, il n'est donc pas logué ni autorisé à acceder à l'espace membres */ if(!isset($_SESSION['login'])) { echo '<h1>Vous n\'êtes pas connecté, accés interdit !</h1> <meta http-equiv="refresh" content="0; URL=index.php"> '; } ?> Comme indiqué en haut, on regarde si la SESSION est démarrée, si elle ne l'est pas on interdit l'accès. Ensuite il ne vous reste plus qu'à include ce code sur toutes les pages que vous voulez : <?php include ('verif.php') ; ?> 4 - Système de déconnexion Pour finir l'utilisateur doit bien ce déconnecter une fois qu'il à terminé. Pour ce faire nous créons la page logout.php et on y inclue ce code : <?php session_start(); session_unset(); session_destroy(); header('Location: login.php'); ?> Ici on déconnecte l'utilisateur & on le redirige vers la page de login ! Ce tutoriel est maintenant terminé ! Attention : Je préviens à l'avance avant que tous le monde spam le topic : Le Topic ne sert en aucun cas de Support ! J'insiste bien la dessus. Vu que je ne suis pas méchant contactez mon plutôt par Mp sur le Forum, c'est quand même mieux ! En espérant vous avoir aidez, à la prochaine !
  2. Bonjour, bonsoir ! Aujourd'hui nous allons apprendre à utiliser SQLite en C#, pour cela je divise le tutoriel en trois grandes parties : I • SQLite, c'est quoi ? II • Pour quelles utilisations ? III • Utiliser SQLite I • SQLite, c'est quoi ? SQLite est une bibliothèque écrite en C qui propose un moteur de base de données relationnelle accessible par le langage SQL. SQLite implémente en grande partie le standard SQL-92 et des propriétés ACID. Contrairement aux serveurs de bases de données traditionnels, comme MySQL ou PostgreSQL, sa particularité est de ne pas reproduire le schéma habituel client-serveur mais d'être directement intégrée aux programmes. L'intégralité de la base de données (déclarations, tables, index et données) est stockée dans un fichier indépendant de la plateforme. D. Richard Hipp, le créateur de SQLite, a choisi de mettre cette bibliothèque ainsi que son code source dans le domaine public, ce qui permet son utilisation sans restriction aussi bien dans les projets open source que dans les projets propriétaires. Le créateur ainsi qu'une partie des développeurs principaux de SQLite sont employés par la société américaine Hwaci. SQLite est le moteur de base de données le plus distribué au monde, grâce à son utilisation dans de nombreux logiciels grand public comme Firefox, Skype, Google Gears, dans certains produits d'Apple, d'Adobe et de McAfee et dans les bibliothèques standards de nombreux langages comme PHP ou Python. De par son extrême légèreté (moins de 300 Kio), il est également très populaire sur les systèmes embarqués, notamment sur la plupart des smartphones modernes : l'iPhone ainsi que les systèmes d'exploitation mobiles Symbian et Android l'utilisent comme base de données embarquée. Au total, on peut dénombrer plus d'un milliard de copies connues et déclarées de la bibliothèque. (Source : Wikipedia) Nous allons aujourd'hui nous intéresser au wrapper .Net de SQLite. II • Pour quels utilisations ? Comme dit plus haut, SQLite permet d'accéder à une base de données uniquement en local, depuis un fichier, ce qui limite donc les utilisations. Vous pourrez utiliser cette librairie donc pour des projets locaux comme par exemple gérer un système de compte sur une seule machine, stocker des résultats de calculs ou encore stocker des scores pour un jeu solo... Cependant utiliser SQLite pour des jeux ou applications diverses en ligne n'est pas possible directement, il va falloir passer par un serveur. Des connaissances sur le SQL sont fortement recommandées, si vous n'y connaissez rien, allez lire le tutoriel sur OpenClassRoom ou sur n'importe quel autre site. III • Utiliser SQLite Importer la librairie Premièrement il va vous falloir la librairie, télécharger là ici : System.Data.SQLite.dll Une fois votre projet crée sous Visual Studio, importer cette librairie à votre celui-ci, pour cela, clic droit sur le projet puis "Importer une référence". Pour finir l'importation ajoutez ceci au début de la classe où vous voulez utiliser SQLite : using System.Data.SQLite; Créer un fichier de base de données Chaque base de données aura son propre fichier, pour créer un fichier de base de données, nous allons utiliser la méthode statique CreateFile contenue dans la classe SQLiteConnection : SQLiteConnection.CreateFile("MaBaseDeDonnees.sqlite"); J'utilise ici l'extention .sqlite, mais vous pouvez mettre ce que vous voulez ! (.db, .blabla) Connexion à la base de données Avant de pouvoir utiliser cette base de données, il va falloir se connecter à celle-ci, pour cela nous allons déclarer une nouvelle SQLiteConnection : SQLiteConnection maConnexion; Puis l'instancier et ouvrir la connexion : maConnexion= new SQLiteConnection("Data Source=MaBaseDeDonnees.sqlite;Version=3;"); maConnexion.Open(); Pour fermer la connexion : MaBaseDeDonnees.Close(); N'oubliez pas de la fermer une fois que vous n'en avez plus besoin Créer une table Désormais nous allons utiliser le SQL, nous allons créer une table qui contiendra les meilleurs scores pour un jeu, donc un nom de type "text" et un score de type "int" : string sql = "create table meilleursscores (nom text, score int)"; Nous devons créer un objet de type SQLiteCommand pour pouvoir l'éxécuter : SQLiteCommand commande = new SQLiteCommand(sql, maConnexion); Puis nous allons éxecuter cette commande : command.ExecuteNonQuery(); Remplir la table Nous allons maintenant remplir cette table comme ceci : string sql = "insert into meilleursscores (nom, score) values ('VFRZ', 100)"; SQLiteCommand commande = new SQLiteCommand(sql, maConnexion); commande.ExecuteNonQuery(); Lire les meilleurs scores depuis la table Pour lire la table c'est un peu différent que pour la remplir ou la créer. Premièrement, la commande select : string sql = "select * from meilleursscores order by score desc"; SQLiteCommand commande = new SQLiteCommand(sql, maConnexion); Puis il va falloir utiliser un SQLiteDataReader pour utiliser cette commande : SQLiteDataReader reader = command.ExecuteReader(); while (reader.Read()) Console.WriteLine("Nom: " + reader["nom"] + "\tScore: " + reader["score"]); J'espère que ce tutoriel vous a été utile ! N'hésitez pas à poser des questions. VFRZ
  3. Ce tutoriel vous permettra de créer votre propre serveur Minecraft simplement avec ou sans Hamachi. Le fichier étant constamment mis à jour, vous pouvez utiliser ce tutoriel bien qu'il soit vieux. Prérequis : Git : http://git-scm.com/ Java : https://www.java.com/fr/download/manual.jsp JDK : http://www.oracle.com/technetwork/java/javase/downloads/jdk8-downloads-2133151.html BuildTools : https://hub.spigotmc.org/jenkins/job/BuildTools/lastSuccessfulBuild/artifact/target/BuildTools.jar Téléchargement des sources : Créez un nouveau dossier et placez y le fichier précédemment télécharger BuildTools.jar. Ouvrez Git GUI et cliquez sur créer un nouveau dépôt puis sélectionner le dossier précédemment créé. Dans l'onglet dépôt ouvrez la console Git Bash et entrez y la commande suivante : Sur Windows x64 : JAVA_HOME=”C:\Program Files\Java\jdk1.8.0_25″ java -jar BuildTools.jarSur Windows x86 : JAVA_HOME=”C:\Program Files (x86)\Java\jdk1.8.0_25″ java -jar BuildTools.jarSur Linux et MacOS : java -jar BuildTools.jar (Vous pouvez vous servir d'un xterm)Note : Cette opération peut un certain temps. Voilà cette opération a téléchargé et généré les fichiers JAR de Bukkit et de Spigot. Installation : Dans un nouveau dossier placez le fichier JAR précédemment généré spigot.jar ou craftbukkit.jar. Sur Windows :Créez un fichier nommé start.bat avec le code suivant : @echo off java -Xms512M -Xmx1536M -XX:MaxPermSize=128M -jar spigot.jar pause Sur Linux et MacOS :Créez un fichier nommé start.sh avec le code suivant : #!/bin/sh java -Xms512M -Xmx1536M -XX:MaxPermSize=128M -jar spigot.jar Les plugins : Vous pouvez ajouter des plugins à votre serveur pour le rendre plus convivial. Vous pouvez en télécharger sur Bukkit. Mise en ligne : Sans Hamachi :Pour mettre en ligne votre serveur, il vous suffit d'ouvrir le port TCP 25565 sur les pare-feu de votre box et de votre ordinateur. Ensuite, donnez votre IP à vos amis pour qu'ils puissent se connecter à votre serveur. Avec Hamachi :Vous pouvez aussi utiliser Hamachi si vous préférez. Il vous suffit de télécharger ce logiciel et de l'installer. Ensuite connecter vous et dans l'onglet "Réseau" cliquez sur "Créer un nouveau réseau". Vos joueurs doivent aussi posséder Hamachi et se connecter à votre réseau à l'aide des identifiants que vous avez créé. Astuce : Le fichier BuildTools.jar contient toujours la version la plus récente de Minecraft ainsi vous pouvez suivre ce tutoriel pour n'importe quelle verison.
  4. vfrz

    [Guide] Apprendre le C#

    Bonjour, Aujourd'hui je vous liste plusieurs tutoriels, livres pour apprendre le C# de A à Z. La plupart des livres sont en anglais car les livres français sont généralement de moins bonne qualité. Sur Melinyel : • [Vidéo] C# de A à Z : - Episode 1 • Introduction - Episode 2 • Prérequis Livres : • TutorialsPoint C# Programming, livre au format PDF gratuit, très bien pour débuter et couvre pas mal d'aspect du C# (Anglais). - Lien PDF : http://www.tutorialspoint.com/csharp/csharp_tutorial.pdf • C# 5.0 in a nutshell, un grand classique très complet (Anglais). - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/5-0-Nutshell-5e-Joseph-Albahari/dp/1449320104/ - Lien PDF : https://drive.google.com/file/d/0B9v4gXG6wtN7NU4tVVFrVkJkUEU/view • Pro C# 5.0 and the .Net 4.5 Framework, un livre très complet (Anglais). - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/Pro-5-0-net-4-5-Framework/dp/1430242337/ - Lien PDF : http://www.clicktocontinue.com/books/ProCSharp5AndTheNET4.5Framework.pdf • Cours OpenClassRoom en format PDF (Français), bien pour débuter mais pas complet. - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/Apprenez-%C3%A0-d%C3%A9velopper-en-C/dp/B00VALU8YG/ - Lien PDF : https://user.oc-static.com/pdf/523498-apprenez-a-developper-en-c.pdf • C# 6 et Visual Studio 2015 - Les fondamentaux du langage, je ne sais pas ce qu'il vaut, mais c'est un des rares livres en C# en français. - Lien Amazon : http://www.amazon.fr/Visual-Studio-2015-fondamentaux-langage/ Sites Web : • Developpez, très complet. - Lien : http://dotnet.developpez.com/csharp/ • OpenClassRooms, le fameux, plusieurs tutoriels sur le C# sont présents, bien pour débuter mais pas très complet (uniquement pour les débutants qui ne comprennent pas l'anglais, à éviter si possible). - Apprenez à développer en C# : https://openclassrooms.com/courses/apprenez-a-developper-en-c - Apprenez à développer en C# sur .Net : https://openclassrooms.com/courses/apprenez-a-programmer-en-c-sur-net - Programmez en orienté objet avec C# : https://openclassrooms.com/courses/programmez-en-oriente-objet-avec-c • Java2S, "catalogue" du C#, pleins d'exemples sur pleins de sujets. - Lien : http://www.java2s.com/Tutorial/CSharp/CatalogCSharp.htm • RB Whitaker's Wiki, bien pour débuter. - Lien : http://rbwhitaker.wikidot.com/c-sharp-tutorials Si vous avez des suggestions de livres/sites web, n'héistez pas Bonne lecture et bon apprentissage ! VFRZ,
  5. ownCloud est une plateforme web permettant de stocker et partager des fichiers avec d'autres utilistaeurs de cette plateforme. Ce logiciel étant libre, vous pouvez l'installer sur votre propre serveur web à condition de disposer des bons outils et d'une configuration correcte. Prérequis : Un serveur HTTP (Apache, Nginx, ...), PHP 5.4 ou ultérieure avec les modules php5-gb, php5-mysql, Un SGBD (MySQL, MariaDB, Postgre, ...). Installation : Tout d'abord, il nous faut télécharger l'archive ownCloud puis décompresser le dossier qui se trouve à l'intérieur à la racine de notre serveur web (typiquement /var/www). OwnCloud n'est pas encore prêt à l'employe car il a besoin d'une base de données pour fonctionner. Nous allons donc en créer une à l'aide de phpmyadmin. Il faut aussi créer un utilisateur qui possédera exclusivement les droits dans cette base de données. Nous devons aussi créer un nouveau répertoire dédié au stockage des données de ownCloud. Nous allons donc créer un dossier /var/cloud/ et changer les droits pour que l'utilisateur www-data puisse y accéder avec les commandes suivantes : # On change le dossier de propriétaire et de groupe : sudo chown -R www-data:www-data /var/cloud/ # On donne au propriétaire uniquement les pleins pouvoir : sudo chmod -R 700 /var/cloud/ Enfin, nous allons aller sur notre page web (http://127.0.0.1/owncloud/) et ownCloud va afficher une page pour le configurer :
  6. Bonjour, Je vous présente là, un gros tutoriel, un gros big tuto pour apprendre a dessiner que je conseille beaucoup ! D'une part car l'auteur est un professeur avec un parcours très intéressant et de l'autre car c'est vraiment complet et très très bien expliqué ! Un tutoriel qui à la fin vous donnera les bases pour dessiner et avec de l’expérience fera de vous un pro ! Au début, le tutoriel vous éclairera au niveau des vos idées, "fausses" pour beaucoup, un petit chapitre "détox" en gros. N'hésitez pas a parcourir le site de MaxRoyo et regardez ses créations donc ! Petite Info : MaxRoyo recherche un éditeur pour vendre cette leçon au format papier.
  7. Le deepweb Suite à certaines demandes, je vais faire une introduction au deepweb, afin de vous expliquer le principe sur lequel celui-ci fonctionne et les moyens pour s'y connecter. Avant tout, j'apporte quelques petites précisions : je vais très certainement m'inspirer d'autres sites pour rédiger ce guide, les sources seront cités en bas de page. D'autres part, je ne prétends pas tout connaître sur le sujet, alors si quelque chose vous gêne ou si vous préférez que je parle d'un point : spécifiez-le moi. 1 - Introduction Pour commencer, si vous souhaitez comprendre intégralement et de manière plus complexe le fonctionnement du deepweb, ses explications et détails techniques, je vous invite à rechercher des thèses sur internet ou même consulter son wikipédia (http://www.fr.wikipedia.org/wiki/Web_profond, qui est cependant extrêmement peu rigoureux). Je vais néanmoins vous parler un peu du deepweb avant d'expliquer comment s'y rendre, donc si vous souhaitez juste aller dessus sans vraiment comprendre, allez directement en bas de ce guide. Afin de clarifier la chose, ce qu'on appelle deepweb est une partie d'internet bien spécifique. Son nom, littéralement "web profond" vient du fait qu'il est nécessaire pour y accéder de passer par un navigateur spécifique, intégrant une technologie de chiffrage des données* et d'un algorithme de redirection des connexions spécial : Tor. Tor est un réseau internet (acronyme de The Onion Router) décentralisé qui permet une connexion (plutôt sécurisée) à des serveurs en passant auparavant par d'autres utilisateurs de ce réseau. Pour simplifier les choses, sur internet "normal" -dit le surfaceweb- votre navigateur se connecte directement sur un serveur hébergeant un site et réceptionne les informations de celui-ci (c'est en fait un peu plus complexe, il passe par le FAI, des serveurs DNS, des CDN, etc... Mais l'idée est là). Sur le deepweb, où plutôt sur le réseau Tor (ce qui revient à la même chose), votre navigateur va tout d'abord transiter par plusieurs dizaines d'autres navigateurs d'utilisateurs pour finalement arriver sur le site en question : le but étant d'anonymiser la connexion au serveur, puisque l'information sera relayée par plusieurs dizaines d'adresses IP (ce qui vous protège un peu). On appelle ce réseau "onion" (le O de Tor) grâce à l'image de plusieurs couches d'un oignon superposées. Couches par lesquelles vous transiterez à la fin de ce tutoriel si vous vous rendez sur le deepweb. Pour votre information, Tor est le nom de ce réseau internet permettant l'accès au deepweb, mais dans 90% des discussions lorsqu'on vous parlera du deepweb, Tor sera en fait Tor browser, le navigateur nécessaire pour se rendre sur le deepweb qui inclut les protocoles et les algorithmes correspondant. Si vous souhaitez vous renseigner sur les transistions des packet, je vous laisse consulter la page wikipédia lié à ces détails techniques. Également, les URL du deepweb sont chiffrées. Déjà, celles-ci finissent toutes en .onion, et le contenu du nom de domaine est une suite de caractère sans signification (et oui, c'est pas comme le surface web), vous aurez par exemple une adresse web du style : https://gfe45a98uj4o4lclsmq7h98r9sdg.onion. J'essaierais de dresser un petit annuaire par la suite, pour vous aider à démarrer la dedans. Enfin, une dernière chose de l'introduction, vous avez peut-être déjà entendu parler du fait que le deepweb est la partie cachée de l'iceberg, et qu'il représente 96% de l'internet. Ceci est évidemment faux, c'est un mythe. Le deepweb est une partie d'internet à part entière mais elle absolument minoritaire de part ses fréquentations et d'un point de vue technique. Commençons par ses fréquentations : le deepweb, vous l'aurez compris, n'est pas disponible dans le premier starbucks en centre-ville sur un iPad fournit pendant que vous dégusterez un jus de chaussette amer fait à base de graines de cacao moisies en container, obtenues en martyrisant des régions entières... Je m'emporte. Satanés hipsters. Bref, le deepweb est peu accessible, et d'après la loi de l'offre et de la demande : Peu d'offre = Peu de demande. Simplement. De plus, vous trouverez sans doute un annuaire des sites sur le hiddenwiki (retenez ce nom). Vous découvrirez vite que les sites dessus sont exponentiellement plus hardcore, si vous me passez l'expression, mais aussi exponentiellement moins nombreux. Ensuite, le point de vue technique : le deepweb est une infrastructure couteuse et complexe à mettre en place aux yeux de ce que demande une simple page au réseau (en terme de capacité). Les ressources financières nécessaires au réseau Tor sont les suivantes (sources wikipédia) : 60 % proviennent du gouvernement américain (soutien à la liberté d'expression et à la recherche scientifique) 18 % proviennent de fondations et autres donateurs (John S. and James L. Knight Foundation (en), SRI International, Google, Swedish International Development Cooperation Agency (en)) 18 % proviennent de la valorisation des contributions des bénévoles. Toujours par la même source, le réseau coûte 2 millions de dollar annuellement. En comparaison, internet (= le surfaceweb) est une économie coutant plusieurs milliards de dollar annuellement (mais oui, les gains sont plus élevés). Vous installerez difficilement un nœud de connexion Tor par vos soins sur un serveur mutualisé web, alors qu'un site normal peut l'être facilement. Pour information, ce mythe (à présent démystifié) provient d'un article datant de 2001 (13 ans actuellement), que vous pouvez consulter ici. A cette époque, la bulle internet venait d'exploser et tout le monde (surtout la finance, cf. la crise) spéculait sur cette nouvelle technologie. L'article parle donc du deepweb MAIS ajoute également dans la balance les bases de données des sites, donc pas accessibles au publique (normalement) ET les sites web (indexables ou non) qui n'ont pas été répertoriés par des moteurs de recherches. Vous comprendrez d'où vient ce mythe : un internet ancien et peu développé, sur lequel on compare les pages web accessibles contre les pages web non accessibles et les bases de données (l'article précise que certaines pèsent plusieurs centaines de GO, déjà en 2001). Voilà, vous avez eu une explication sur le fonctionnement du deepweb, assez sommaire ma foi mais je pense qu'elle suffira pour commencer. Si vous êtes curieux, internet sera toujours plus rigoureux que moi. Ah, et un dernier mythe : le deepweb n'est pas illégal, pas du tout. Visiter la majorité des sites et totalement légale, cependant l'achat sur certains sites ne l'est peut-être pas, par contre. 1 - Utilisation C'est dans cette partie que je vais vous expliquer comment accéder à ce réseau privé, qui malgré les croyances populaires est somme toute pas franchement compliqué d'accès. Avertissements nécessaires : Le deepweb a la réputation d'être inhumain et d'être l'antre des malades mentaux. Globalement c'est faux. La majorités de ce réseau est tout aussi normal que la société dans laquelle nous vivons, on y trouve même des forums comme Melinyel.net, donc ce n'est pas le cas. CEPENDANT : il existe bel et bien des sites DANGEREUX et malsains dont je ne souhaite pas encourager le partage. J'interdis donc le partage de liens sans m'avoir consulté au préalable, et j’interdis évidemment de poster les médias trouvés là-bas. 2 - Sur le deepweb, vous trouverez pleins de personnes différentes, et notamment des sites de piratages / hacking. Ces sites comportent souvent des virus pouvant s'installer directement sur votre PC par une simple visite, ça ressemble à un récit d'un kikoo qui ne s'y connait pas je vous le concède, et pourtant cela existe (je n'ai pas réussi à comprendre ce fonctionnement -le javascript n'est pas activé-). Donc protégez-vous malgré tout : je recommande fortement l'utilisation de Tor browser sur une machine virtuelle plutôt que directement sur votre système d'exploitation à nu. 3 - Faites attention où vous allez. Sans risquer quoique ce soit aux yeux de la loi ou pour la sécurité de votre ordinateur, certaines choses sur le deepweb sont marquantes et ne sont pas tout publique. Je vous considère donc comme prévenu. Donc voilà, maintenant que vous savez tout ça, vous êtes prêt pour vous rendre sur le deepweb. Commencez par télécharger la dernière version du logiciel Tor Brower : https://www.torproject.org/download/download-easy.html.en Téléchargez la version correspondante à votre système d'exploitation, installez-là Lancez Tor Browser, vous aurez une interface vous demandant le type de votre connexion comme spécifié ci-dessous, cliquez simplement sur "Se connecter" Voilà, vous arrivez sur la page principale du navigateur. Il ne vous reste qu'une seule chose à faire : cliquez sur le petit (S) en haut à gauche, et désactivez le JavaScript. C'est une mesure de sécurité et augmente le temps de chargement des pages web du deepweb, qui seraient incroyablement longues sinon. Voilà, votre aventure commence ici, je vous donne cette adresse, qui est l'adresse du hiddenwiki : l'annuaire du deepweb. Faites attention où vous irez. http://kpvz7ki2v5agwt35.onion/wiki/index.php/Main_Page * : L'algorithme de Tor a été mis à mal une seule fois, par un enseignement chercher d'une école française d'ingénieure française (en plus !) : ESIEA (source) Sources : Connaissance / expérience personnelle http://fr.wikipedia.org/wiki/Tor_(réseau) http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_profond http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0007.104 https://www.torproject.org/about/overview.html.en Ce guide / tutoriel touche à sa fin, si besoin je l'éditerais. Si vous avez des questions, n'hésitez pas !
  8. Vous voulez découvrir Windows 10 maintenant ? La version d'essai est là pour vous ! Voici une solution pour avoir le nouveau système avant les autres gratuitement en 3 étapes (simple) : Avant toutes choses, il est préférable d'installer le système dans sous une autre partition pour ne pas avoir de problème avec vos données ou autres. Prévoyez une clé USB bootable. Vérifiez la compatibilité de Windows sur vos périphériques et pilotes : http://www.microsoft.com/fr-fr/windows/compatibility/CompatCenter/Home?Language=fr-FR Aussi, si vous pensez que BIOS est un nouveau carburant à base de plante, la version d’évaluation technique n’est certainement pas pour vous. Etape 1 : Donc, pour avoir windows 10, procurez-vous le fichier .iso par ici : http://windows.microsoft.com/fr-fr/windows/preview-download Vous devrez également vous inscrire au programme Programme Windows Insider avant d'avoir ce fichier. Etape 2 : Vous avez télécharger le fichier .iso ? Parfait ! Maintenant plus qu'à transférer le fichier ISO vers une clé bootable que vous brancherez à votre ordinateur pour lancer l’installation. Pour transférer le fichier .iso vers la clé USB, utilisez un logiciel comme Rufus ou autres si vous voulez. Une fois cela fait, éjectez votre clé et éteignez votre ordinateur. Etape 3 : Votre PC est éteint ? Re-branchez la clé USB et allumez votre PC. Ce qui devrez vous emmener directement au menu d'installation de Windows 10; ensuite vous suivrez les quelques autres petites étapes guidés et patience votre PC pour redémarrer sur Windows 10 ! Si ça ne se passe pas comme prévu au niveau du démarrage, faites un tour dans le gestionnaire de démarrage pour configurez le démarrage sur votre clé USB. Alors, vous avez testé ce fameux Windows 10 ? Moi oui, a première vu, contrairement à Windwos 8, on n'est pas du tout perdu. (images prise sur google image)
  9. Bonsoir la communauté ! Ce soir je viens proposer un petit tutoriel pour tous ceux qui débutent (comme moi) dans After Effects ! Ce tutoriel à été fait par un de mes professeurs à l'université et a été concu pour les débutants ! N'hésitez pas à dire en commentaire ce que vous souhaiteriez améliorer, changer, rajouter ... Ce genre de remarque peut lui servir pour le prochain ! Merci à tous, et bon bidouillage ▼▼▼▼
  10. Salut à tous, Je viens de découvrir une petite astuce plutôt pas mal, celle-ci consiste a réunir/afficher toutes les fenêtres ouvertes sur votre écran. Pour cela, il vous suffit de: Cliquez droit sur la barre des tâches Cliquez sur Afficher les fenêtres côte à côte. Ainsi, vous verrez quelque chose ainsi: FAILS Cordialement, FaKe77
  11. Salut à tous, Offrez à votre ordinateur une vérification de sécurité en ligne ou un nouvel antivirus. CNET regroupe pour vous quelques liens vers des services de scan antivirus en ligne ainsi qu'une sélection de logiciels antivirus gratuits. La sécurité sous Windows 8 : Le nouveau système de Microsoft Windows 8 intègre une protection contre les virus directement au sein du système. Les antivirus gratuits à installer Les Antivirus gratuits peuvent être efficaces, avec une mise à jour régulière et une utilisation prudente de votre PC vous ne serez pas inquiétés. Avast antivirus Gratuit, simple à installer et à utiliser, Avast antivirus dispose d'une interface tout en français. Il possède une "protection résidente" qui vous protégera des virus et de quelques malwares. Un peu moins performant que son concurrent Antivir en terme de détection (ci-dessus), il a néammoins la faveur de nombreux utilisateurs de PC qui l'utilisent chaque jour. Vous bénéficierez des mises à jour automatiques pendant 1 an après une simple inscription sur le site d'avast. Editeur: Avast software (Alwil). Télécharger Avast! 2015 Tutoriel : Comment aider à distance avec Avast (Sur demande) AVG antivirus AVG, pour Anti-Virus Guard possède également une protection résidente et une fonction de mise à jour automatique, il reste très simple à utiliser. Le programme AVG Anti-Virus Free Edition 2011 na rien à envier de ses concurrents. Si leur but est de détecter tout les virus, AVG grace à sa technologie fera en sorte que vous les évitiez tout simplement. Efficace, performant il vous protége aussi des réseaux sociaux.. Editeur: AVG Technologies. Télécharger AVG Microsoft Security Essentials Microsoft Security Essentials est l'outil de sécurité gratuit de Microsoft, il prend la place de Windows Live OneCare et complète le pare-feu de Windows déjà inclus dans le système d'exploitation. Il possède une protection en temps réel, un planificateur de scan, les mises à jour automatique... Editeur: Microsoft. Télécharger Security Essentials Tutoriel Security Essentials (Sur demande) Configurer microsoft security essentials pour plus d'efficacité (Sur demande) Avira Antivir Antivir, disponible en version française, est un antivirus simple d'utilisation et efficace dans son analyse en temps réel et lors du scan de votre ordinateur, ce qui ne l'empêche pas d'être relativement peu gourmand en resources. Au niveau des points faibles, il faut noter que le logiciel ne s'occupe pas de vérifier les mails entrants lorsque vous utilisez un logiciel de messagerie tel qu'outlook ou thunderbird. Il rencontre actuellement un franc succès dans sa version gratuite (une publicité s'affiche après chaque mise à jour quotidienne). Editeur: Avira. Télécharger Antivir Panda Cloud Antivirus Premier antivirus sur le modèle du "Cloud Computing" qui utilise une base de définitions en ligne, sans la récupérer sur le pc de l'utilisateur et n'a donc pas besoin de mises à jour de la base virale. Tout comme les antivirus traditionnels, il effectue une surveillance constante du système. Editeur: Panda Security. Télécharger Panda Cloud Antivirus gratuits sans scan résident Ces antivirus gratuits peuvent scanner votre ordinateur à la recherche d'une infection mais ne peuvent pas détecter le virus en temps réel, lors d'un téléchargement d'une pièce jointe ou lorsque vous surfez sur internet par exemple. BitDefender Antivirus de la société BitDefender, cette version gratuite ne contient pas d'analyseur à l'accès (permet de bloquer les virus avant éxécution) comme la version payante. Télécharger BitDefender ClamWin Cet antivirus permet de scanner un ou plusieurs dossiers de votre ordinateur. Il ne possède pas d'analyse en temps réel. Télécharger ClamWin antivirus Les antivirus en ligne Le scan antivirus en ligne ou "antivirus online" offre une sécurité supplémentaire et viendra compléter les bons services de votre antivirus attitré. ESET Online Scanner Eset détecte et supprime les menaces grâce à son analyse en ligne utilisant le même moteur et bases que son antivirus NOD32. Il supporte la plupart des navigateurs . Antivirus en ligne ESET Kaspersky Online Scanner Cliquez sur le bouton "Kaspersky Online Scanner" puis sur "Accept" dans la fenêtre popup qui s'ouvre pour lancer l'applet java. Antivirus en ligne Kaspersky Trend Micro HouseCall Trend Micro est un éditeur de logiciels qui propose un outil de scan antivirus en ligne compatible avec internet explorer et le navigateur Mozilla Firefox. Antivirus en ligne Trend Micro BitDefender Online Scanner BitDefender Scan Online se propose d'analyser votre ordinateur en ligne, via une interface web. Cliquer sur "J'accepte" pour accepter la license et commencer le scan de votre ordinateur. Antivirus en ligne BitDefender McAfee FreeScan Cliquez sur "Analyser maintenant" et télécharger le controle ActiveX. Antivirus en ligne MacAfee Panda ActiveScan Cliquez sur "analyser votre PC", une fenetre pop-up doit s'ouvrir, cliquer sur "Vérifier la maintenant", renseigner le pays et la province puis un email valide. Antivirus en ligne Panda Symantec Security Check Cliquez sur "Commencer" puis choisissez "Analyse antivirus" pour une analyse classique ou "Analyse de sécurité" pour tester la sécurité de votre connexion. Antivirus en ligne Symantec Source: www.cnetfrance.fr/produits/antivirus-gratuits-a-telecharger-et-antivirus-en-ligne-39769677.htm Cordialement, FaKe77.
  12. Salut à tous, J'ai fais une vidéo expliquant comment nettoyer et optimiser son ordinateur avec Advanced System Care, un logiciel développé par IObit. J'ai effectuer l'installation sur une machine virtuelle étant donné que mon PC est neuf. Toutes critiques fondées est bien évidemment accepté. PS: ²nd movie Cordialement, Antoine.
  13. Bonjour, Aujourd'hui je décide de faire un tutoriel assez complet pour mieux vous expliquer les bases du WebDesign/Graphisme et de vous aider à vous lancer sur divers logiciels de PAO mais je vais parler plus précisement des deux logiciels les plus importants "Adobe Photoshop" & "Adobe Illustrator". 1- WebDesign ? Quesako ?? Le WebDesign comme vous pouvez le lire par vous même c'est la conception de l'interface web Je m'explique mieux, avant de developper n'importe quel site il faut d'abord avoir fait la maquette et c'est le WebDesigner qui va s'en occuper il va constituer une maquette complète du site web en image. C'est grace aux WebDesigners que tous les sites où vous naviguer actuellement ont un design exceptionnel, chaque sites web ont leurs structure personnelle. 2- L'organisations des calques Déjà pour travailler je pense que le plus important a mes yeux c'est l'organisation des calques, s'ils sont mélangés et pas renommer il est impossible de travailler. C'est pour cela que je vous conseille de les organisaient en créant des "groupes" sur photoshop ou bien "calques" sur illustrator. Vous pouvez y voir un exemple d'une maquette que j'ai réaliser y'a quelques jours: http://imageswl.fr/i/BEABIHJHCFM L'entête sera le haut du site (souvent appeler la bannière) > Le menu seras tous les textes où ont y place tes onglets comme "Accueil, Contact, Nos services, ..." le pied sera le bas du site (souvent appeler footer) > Puis après tout ce qui est expertise est autre ce sont les différents emplacements de divers widget. Le plus important seras donc de faire un dossier où calque avec Entête > Menu > Pied c'est le strict minimum. Si ce point et acquis alors vous pourrez travailler plus simplement et organiser. 3- Les couleurs Il est aussi très important dès le début de votre maquette de choisir la bonne couleur, il en existe des millions c'est pour cela qu'il faut une couleur qui donne envie à l'oeil, donc surtout éviter les couleurs fluo (flash) et rester dans la simplicité. Pour cela je vais vous donner mon pack de nuancier spécialement pour le web, dedans il y a 68 palettes de nuancier toutes différentes. Aperçu des nuanciers: http://imageswl.fr/i/BEABIIAJHCM Lien de téléchargement: http://ge.tt/2EJrowi1/v/0 4- Les ressources graphique Débutant ? Ce n'est plus un souci maintenant nous pouvons créer un design très professionnel sans savoir trop utiliser les logiciels de PAO ! Mais comment ? Alors donc il existe des sites de "Ressources". C'est quoi sa ? Des sites qui regroupent des tonnes de .psd ou .ai ou dedans y ai intégrer des menus, icons, enfin vraiment de tout qui est déjà fait, quelques modifications vous le mettez sur votre calque a vous il sa s'intègre parfaitement. Voici un exemple de ressource: http://imageswl.fr/i/BEABIHJHJJM Tous les différents modules comme le "Slider" "Top games" etc ... sont tous modifiables comme si c'était vous qui l'avait enregistrer en .psd pour le modifier au cas où. Il y a des UI KIT 100% gratuit qui traînent sur le net, en gros des UI KIT sont des éléments comme je t'ai montrer sur la screen mais pour les sites web car sur les sites de ressources tu as vraiment de tout. Voici des exemples: www.365psd.com (Ils rajoutent une ressource tout les jours il est déjà très bien remplis, je l’utilise très souvent c'est le mieux pour moi) www.igraphisme.com www.facegfx.com www.smashfreakz.com/category/resources www.ui-cloud.com/free-ui-elements www.webuikits.com www.freebiesbug.com/psd-freebies 5- Les sources d'inspirations Il y a des tonnes de sources d'inspirations sur le web ce n'est pas ce qu'il manque, heureusement que ce genre de sites est la pour nous quand ont a plus d'idées pour un concept on va faire un tour sur ces sites puis quelques minutes après on est repartis pour quelques heures de créations. Voici des exemples: www.webdesign-inspiration.com (Celui que je trouve le plus complet que j'utilise très souvent) www.themeforest.net www.siteinspire.com www.dossierdesign.com J'allais oublier voici une liste de 200 sites indispensables pour un Graphiste: www.dubostbenoit.com/influences Voilà j'espère que je vous aurais bien aider, et que maintenant vous êtes prêt pour votre première maquette ! Je tiens aussi à m'excuser des fautes que j'ai pu faire mais l'orthographe, la conjugaison c'est pas mon truc. © Tutoriel entièrement rédiger par Swan merci de respecter mon travail et de ne pas redistribuer ce tutoriel sans mon autorisation - 2014.
  14. Avec WinRAR, vous pouvez sécuriser vos archives en définissant un mot de passe. Voici la procédure à suivre : Faites un clic droit sur le fichier ou le dossier que vous voulez archiver et sécuriser puis ajouter à l'archive. En bas à droite, cliquez sur le bouton "Définir un mot de passe". Choisissez un mot de passe et cliquez sur "OK" pour créer l'archive sécurisée. Quand vous ouvrirez sur votre archive, un mot de passe va vous être demandé (celui que vous avez choisi précédemment).
  15. Vous souhaitez partagez votre connexion internet avec d'autres utilisateurs ? Cette astuce vous guidera étape par étape pour créer un partage de connexion en toute simplicité. 1. Créer le point d'accès : Ouvrez votre invité de commande en mode administrateur, puis entrez cette commande en changeant les valeurs de ssid et key par les votre : netsh wlan set hostednetwork mode=allow ssid="melinyel" key="melinyel" Ensuite, démarrez votre point d'accès avec la commande suivante : netsh wlan start hostednetwork 2. Partager la connexion : Allez dans Panneau de configuration > Réseau et Internet > Centre de Réseau et partage > Modifier les paramètres de la carte. Rendez vous dans les propriétés de la carte connectée au réseau internet, dans l'onglet "Partage" puis cochez la case "Autoriser d'autres utilisateurs à se connecter via la connexion internet de cet ordinateur" et sélectionnez la carte sur laquelle la connexion doit être partagée. Vos autres ordinateurs peuvent désormais se connecter via votre ordinateur hôte.
  16. Certains de vos fichiers sont sensibles et vous ne voudriez pas qu'ils ne tombent dans de mauvaises mains ? Une solution existe pour faire face à ce genre de situation : crypter ces fichiers afin que personne ne puisse y accéder sans avoir une clé de décryptage valide. De nombreux logiciels existent pour crypter ses fichiers mais nous nous concentrerons sur un : AxCrypt. Ce petit logiciel va au plus simple en utilisant le menu contextuel du clic droit. Après l'installation de ce logiciel, vous verrez en faisant un clic droit sur un dossier qu'un sous-menu AxCrypt sera présent. Dedans vous pourrez trouver : Si le fichier n'est pas crypté : Crypter : Permet de crypter son fichier à l'aide d'une clé de cryptage. Crypter et copier : Créer une copie du fichier et l’encrypte à l'aide d'une clé de cryptage. Crypter et copier un exécutable : Créer une copie du fichier et l’encrypte à l'aide d'une clé de cryptage. Celui-ci peut être exécuté à l'aide d'une clé de décryptage et le fichier sera copié et décrypté à l'emplacement voulu. Si le fichier est crypté : Décrypter : Décrypte le fichier à l'aide d'une clé de décryptage. Retirer : Pour tous : Effacer toutes les clés : Créer un fichier clé : permet de créer un fichier contenant des données aléatoires, le logiciel utilisera ce fichier comme clef, plus sûr qu'un mot de passe mais moins facile d'utilisation. Brouiller et supprimer : le logiciel va réécrire le fichier avec des données aléatoires puis le supprimer définitivement. Lien : http://www.axantum.com/axcrypt/
  17. Quand vous possédez un hébergement, votre hébergeur vous propose souvent la gestion de vos fichiers via FTP ou SFTP. TÉLÉCHARGEMENT ET INSTALLATION DE FILEZILLA : Téléchargez la version client en choisissant la version correspondant à votre système d'exploitation et installez FileZilla normalement, aucune subtilité ne devrait survenir lors de cette installation. PRISE EN MAIN DE FILEZILLA : Pour vous connecter à votre serveur FTP, vous pouvez vous connecter directement dans la barre de connexion ou l'ajouter en ouvrant le "Gestionnaire de Sites" (premier icône dans la barre d'outils). Renseignez ensuite les champs ci-dessous : Hôte : Le nom de domaine de votre site ou l'IP de votre machine. Port par défaut : 21 ou 22 (selon le protocole utilisé : FTP(21) ou SFTP(22)). Chiffrement : Laissez par défaut. Type d'authentification : Normale ou demander le mot de passe. Identifiant : Fourni par votre hébergeur. Mot de passe : Fourni par votre hébergeur. Avec FileZilla, vos fichiers se gèrent comme avec l'explorateur de Windows : il vous suffit de les déplacer dans les dossiers locaux ou distants et d'utiliser le clique droit pour plus d'options.
  18. Avec WordPress, vous allez pouvoir créer un site web performant très facilement. Ce tutoriel vous permettra d'installer ce CMS étape par étape. Avant de nous lancer dans l'installation, vous devez disposer de ces outils : Un serveur web avec PHP et MySQL (si vous n'en avez pas, vous pouvez télécharger Xampp qui regroupe ces trois logiciels). La dernière version de WordPress téléchargeable ici. Tout d'abord, décompressez l'archive précédemment téléchargée à la racine de votre site web (C:\xampp\htdocs si vous utilisez Xampp). Ensuite, dans votre navigateur entrez l'adresse URL suivante : 127.0.0.1. WordPress va détecter que vous ne l'avez pas encore configuré et va vous proposer de créer un fichier de configuration. Voici le détail des étapes de cette configuration : WordPress a besoin de se connecter à une base de données pour y stocker les données de votre site. Avant de remplir le formulaire, vous devez créer une base de données sinon un message d'erreur va apparaitre. Quelques informations sur votre site vous seront demandées mais surtout vos identifiants pour administrer votre site. Aussi simple que cela, votre site est prêt à l’emploie.
  19. Bonjour J'avais déjà parlé à plusieurs reprises notamment en publique, sur teamspeak ou même skype, de ma volonté de donner une visibilité plus explicite aux guides et tutoriels : c'est à ça que servira ce sujet. En effet, comme vous pouvez le voir, ce sujet recense tout les guides / tutoriels sur un schéma représentant l'arborescence du forum. Vous pouvez voir les catégories majeures, avec les forums (et sous-forums) qu'elles contiennent. A l'intérieur, une liste à puce énumère tout les guides ou tutoriels de ces forums (attention : ce n'est pas tout les sujets mais tout les guides ou tutoriels, seulement). Cette liste vous permet d'avoir un point de vue global sur l'ensemble des tutoriels présents sur Melinyel.net, elle sera donc perpétuellement mise à jour. Et si jamais vous constatez qu'un tutoriel n'est pas sur cette liste, alors n'hésitez pas à le poster sous la forum suivante : Nom du tutoriel, avec le lien vers ce tutoriel par dessus Ce n'est pas tout ! Aussi, à la fin ce la liste des guides déjà existants s'ajoute une seconde liste : celle des guides ou tutoriels qui ne sont pas sur le forum, et que la communauté souhaiterait avoir. Cette liste permet d'être un fil directement pour les personnes qui souhaitent faire des tutoriels mais qui ne savent pas quoi faire. Si vous souhaitez voir un tutoriel sur le forum, vous pouvez tout à fait en faire la demande sur ce sujet : il sera ajouté à la liste en attendant que quelqu'un s'y attèle. ################################################################ LISTE DES TUTORIELS ################################################################ Informatique Autres / Divers / Découvertes Débuter avec Git Voir une image facebook en taille "réelle" Windows [Windows 7] Activer Aero [Windows 8] Créer un lecteur de récupération Sauvegarder le registre Contrôler la souris au clavier Activer le "godmode" sous Windows Rendre l'explorateur Windows plus fiable Contrôler son ordinateur à distance Tutoriel - Connaître le type de système (32Bits ou 64Bits) Gagner en rapidité au démarrage du système Installation de Windows 7 Optimiser et sécuriser Windows Supprimer Grub depuis Windows [Windows 8] Raccourcis clavier à connaitre Partage de connexion Linux : Présentation de Linux Créer un live-usb (ou une clé d'installation) Contrôler la souris au clavier Mac : (Contrôlez le système d'exploitation créé par Apple) Videz son cache Passez TextEdit en .html / .php Gestionnaire de tâche Screenshot sur Mac Smartphone Android [Free] Se connecter à Freewifi_secure Afficher une image entière en fond d'écran [Tutoriel] Rooter son smartphone Trouver le titre d'une chanson iOS Prendre une capture d'écran Windows Phone [Tuto] Localiser son Windows Phone 8 facilement depuis son ordinateur Sécurité informatique [Tutoriel] Sandboxie Crypter ses fichiers Savoir si son PC est infecté en 30 secondes [source] Liens d'analiseur en ligne [Nettoyage/Optimisation] Advanced System Care Serveur dédié / Virtualisation : Introduction : VPS / Serveurs dédiés [Virtualisation] VirtualBox Crypto-monnaie(s) : Comment miner du Dogecoin [Guide de démarrage] Les Crypto-monnaies Webmastering myBB Créer un forum myBB (en français) Programmation HTML & CSS : (Commencez à concevoir votre site web) HTML5 / CSS3 : Commencer dans la programmation PHP : (Dynamiser le contenu de votre site web) [Cours 1 - Débutant] Les bases du PHP. Guide PHP : Avant Propos {Partie 1/6} Guide PHP : Commençons à partir de 0 {Partie 2/6} Guide PHP : Les joies du PHP {Partie 3/6} [sécurité] Sécuriser ses $_POST & $_GET Créer un système de Connexion / Inscription en PHP Effectuer une requête POST Gestion d'image Captcha (anti-robot) Faille de sécurité les plus fréquente en relation direct/indirect php Moteur de recherche de base Le test SQL Les commandes de gestion table MySQL Les commandes de base table MySQL JavaScript [AJAX] Introduction (+JQuery) [JQuery] Introduction au JQuery [JQuery] Evenement de base C Cours #0 - Avant propos et outils Cours #1 - Introduction au C Cours #2 - Introduction aux fonctions Cours #3 - Pointeurs, tableaux et chaines de caractères Cours #4 - Récursivité et stack [Cryptage] XOR Fait maison [Fonction utilitaire] explode C# LUA #1 Présentation #2 Généralités Scripts shell [unix] bascule pour bébé [batch] Tutoriel #0 - Prologue [batch] Tutoriel #1 - Echo [batch] Tutoriel #2 - Pause KillDaMinions [Tutoriel] Modder KillDaMinions ################################################################ TUTORIELS DEMANDÉS ################################################################ Liste des tutoriels à rédiger : Introdution à Github Introduction à Unix. Guide d'approfondissement sur les VPS / Virtualisation Guide (écrit) : Faire un site, de A à Z : initialisation, hébergement, etc... Tutoriel : Créer un serveur minecraft. Tutoriel sur la vie privée : Comment la gérer sur Internet ? Guide : Choisir son hébergeur et son offre d'hébergement. Guide : La programmation, par où débuter ? Comment ? Comment installer / essayer Linux. Envie d'un tutoriel spécifiquement ? Demandez-le !
  20. Bonjour à tous, Aujourd'hui je vous propose de choisir quels seront les tutoriels que je vais réalisés. Comme j'ai plein d'idées et pas forcément le temps de tous les faire, voici une sélection parmi lesquelles vous pouvez choisir ceux qui intéresserais le plus. Si vous souhaiter avoir plus de précision sur le contenu d'un tutoriel précis, demandez-moi ! Allez s'y ! Faîtes vos choix ! Voici les tutos déjà réalisés : Crée un personnage de fiction : http://melinyel.net/index.php/topic/641-cr%C3%A9er-un-personnage-de-fiction/ Établir le background d'un Univers :
  21. Débuter avec Git Ce tutoriel va vous aider à maîtriser Git, un célèbre logiciel de gestion de version, pour gérer au mieux vos projets. 1. Git qu’est-ce que c’est ? Git est logiciel de gestion de version décentralisé créé par Linus Torvalds, créateur du noyau Linux, lancé en 2005. Autrement dit, c’est un logiciel qui vous permettra de gérer les modifications apportées à un répertoire de travail. Ainsi, la gestion de votre projet sera considérablement améliorer et vos collaborateurs pourront travailler sereinement dessus sans avoir à se communiquer le code source avec un suivit complet de l’évolution du code source à travers une suite d’outils très intéressante pour vous permettre une gestion optimisée votre dépôt et une parfaite harmonie entre les différents commit réalisés par votre équipe : Commit : Regroupe une liste de modifications apportées au répertoire ainsi que des informations données par l’auteur. Diff : Permet de connaître les différences entre deux commits. Branch : Permet de dériver vos branches (autrement dit, ce seront des versions de votre projet). Pull : Permet de récupérer un répertoire depuis un dépôt (plusieurs options de fusion s’offrent à vous). Push : Permet de pousser un répertoire vers un dépôt. Patch : Permet de créer et d’appliquer des patchs sur votre répertoire (Les patchs se génèrent à partir d’un commit). 2. Utilisation de Git 2.1 En ligne de commande Son utilisation est plus ou moins complexe puisque ce logiciel est conçu pour être utilisé en ligne de commandes. Il vous faut donc absolument connaître cette liste de commandes ci-dessous : git init : Créé un répertoire de travail. git clone <depot> : Clone un dépôt dans votre répertoire de travail. git add <fichier> : Ajoute un fichier au dépôt. git commit -a : Commit tous les fichiers. git commit <fichier> : Commit le fichier. git pull origin : Récupère le code source depuis le dépôt cloné. git push origin : Pousse votre code source vers un dépôt cloné. git branch <branche> : Créé une branche. git branch –d <branche> : Supprime une branche git checkout <fichier> : Annule les modifications apportées à un fichier. git reset --hard : Annule toutes les modifications apportées à un répertoire. Git diff <fichier> <fichier> : Affiche les différences entre deux fichiers. 2.2 Avec une interface graphique Heureusement, des développeurs ont créé des logiciels clients permettant d’obtenir une interface graphique du produit en interprétant les données de configuration stockées par Git dans votre répertoire de travail. Sur le site officiel de Git, vous pourrez trouver une large gamme de clients graphiques. Git Extensions, un client GUI de Git. Trois commandes à ne pas oublier : Commiter : Commentez et ajoutez votre travail à votre répertoire. Pousser : Envoyez votre travail sur un répertoire distant. Récupérer : Récupérer un travail depuis un dépôt comme Github. 3. GitHub : Partagez vos projets en ligne Avec GitHub, vous pourrez partager vos projets avec vos collaborateurs. En effet, ce site va stocker vos projets en ligne et vous pourrez les gérer depuis ce site. Tout comme un client graphique Git, vous pourrez suivre l’avancée de vos projets avec les commits et vos différentes branches. En outre, ce site vous propose un bugtracker (dans l’onglet « Issues ») et un rebasage de votre branche sur d’autres créées par des contributeurs de votre projet (dans l’onglet « Pull Requests »). Vous avez aussi la possibilité de créer un « wiki » contenant une liste d’informations utiles pour votre projet. Néanmoins, si vous ne voulez pas que vos projets soit rendus public, vous avez la possibilité de les privatiser, malheureusement ce service est payant. Créer un répertoire : Sur la page d’accueil de GitHub, à droite, vous avez la liste de vos répertoires et un bouton « New repository ». Découverte du dépôt : Branch : Les branches sont des dérivées de votre code. Par exemple, vous pouvez créer une branche master contenant une version stable de votre projet et une version de développement où vous développerez votre projet. Issues : C’est un bugtracker. Tout contributeur peut rapporter un bug. Vous pouvez fixer des objectifs (réparer x bugs en x jours), assignez un bug à un contributeur, ajouter des labels ou encore commentez l’avancement d’un bug. Pull Requests : Cet outil permet aux contributeurs de votre projet de vous proposer des corrections sur celui-ci. Les contributeurs doivent avoir une copie modifiée de votre répertoire de travail dans leur dépôt Github. Wiki : Une petite documentation pour votre projet ? Ça ne fait pas de mal.
  22. cegdd

    [TUTO] SDL2.0 #2

    Bonjour à tous ! ça fait un moment que j'en parle, voici la suite du premier cours sur la SDL2 ! malheureusement le temps me manque, le peu de temps dont je dispose, je n'ais pas de connexion internet. la solution la plus simple est donc d'écrire le code source du cours en le SURcommentant le code source qui vas suivre vous montre étape par étape comment animer le personnage de rayman® grâce a la SDL2. //pour le type bool #include <stdbool.h> //pour les atexit #include <stdlib.h> //pour les printf #include <stdio.h> //les includes SDL #include <SDL2/SDL.h> #include <SDL2/SDL_image.h> int main () { //initialisation de la sdl if (SDL_Init (SDL_INIT_VIDEO) < 0) { printf("erreur SDL_Init: %s\n", SDL_GetError()); return EXIT_FAILURE; } atexit(SDL_Quit); //initialisation de la sdl_image if (IMG_Init(IMG_INIT_PNG) < 0) { printf("erreur IMG_Init: %s\n", SDL_GetError()); return EXIT_FAILURE; } atexit(IMG_Quit); //contexte d'affichage SDL_Window *screen; //tampon de rendu SDL_Renderer *renderer; //position de l'écran, de rayman et des différents sprites de rayman SDL_Rect pecran, prayman; SDL_Rect raymantiles[16]; unsigned int temps, tempsbride = 0, tempsanim = 0, index, anim = 0; bool droite = true; //initialisation des positions pecran.x = 0; pecran.y = 0; prayman.w = 120; prayman.h = 136; for(index = 0 ; index < 6 ; index++) { raymantiles[index].x = index*60; raymantiles[index].y = 1100; raymantiles[index].w = 60; raymantiles[index].h = 68; } for(index = 0 ; index < 6 ; index++) { raymantiles[index+6].x = index*60; raymantiles[index+6].y = 68+1100; raymantiles[index+6].w = 60; raymantiles[index+6].h = 68; } for(index = 0 ; index < 4 ; index++) { raymantiles[index+12].x = index*60; raymantiles[index+12].y = 136+1100; raymantiles[index+12].w = 60; raymantiles[index+12].h = 68; } //suppression du curseur de souris SDL_ShowCursor(SDL_DISABLE); //création de la fenêtre screen = SDL_CreateWindow("Rayman_like", SDL_WINDOWPOS_CENTERED, SDL_WINDOWPOS_CENTERED, 0, 0, SDL_WINDOW_FULLSCREEN_DESKTOP); //création du tampon de rendu renderer = SDL_CreateRenderer(screen, -1, SDL_RENDERER_ACCELERATED); //récupération de la taille de l'écran SDL_GetWindowSize(screen , &pecran.w , &pecran.h); //mise en position de rayman prayman.x = (pecran.w/2)-(prayman.w/2); prayman.y = (pecran.h*0.65)-(prayman.w/2); // chargement des images SDL_Texture *fond = IMG_LoadTexture(renderer, "fond.jpg"); SDL_Texture *rayman = IMG_LoadTexture(renderer, "rayman.png"); //test d'erreur a la création de la fenêtre, du tampon de rendu et des images. (fonction critiques qui peuvent rencontrer des erreurs if (screen == NULL || renderer == NULL || fond == NULL || rayman == NULL) { printf("erreur: %s\n", SDL_GetError()); return EXIT_FAILURE; } //entrée en boucle principale while(1) { //récupération du temps temps = SDL_GetTicks(); //si le programme tourne depuis "x" ms, on quitte; if (temps >= 7000) { break; } //test pour changer le sprite d'animation si "x" ms sont écoulées if (temps - tempsanim >= 60) { //sauvegarde du temps actuel pour la prochaine itération tempsanim = temps; //sprite suivant anim++; //si le dernier sprite est atteint, on reviens au premier if(anim == 16){anim = 0;} } //bride pour sinchro ecran ~60fps if (temps - tempsbride >= 16) { //assignation du temps actuel pour la prochaine itération tempsbride = temps; //si rayman touche la bordure d'écran a droite, il fait demi tour ! if (prayman.x + prayman.w >= pecran.w) { droite = false; } //si il touche la bordure gauche, il fait de même. else if (prayman.x <= 0) {droite = true;} //vidage du tampon de rendu SDL_RenderClear(renderer); //copie du fond sur le tampon SDL_RenderCopy(renderer, fond, NULL, &pecran); //si rayman vas à gauche if (!droite) { //décrémentation horizontale de la position de rayman. prayman.x -= 5; //copie de rayman (en inversant le sens de l'image) sur le tampon SDL_RenderCopyEx(renderer, rayman, &raymantiles[anim], &prayman, 0,NULL, SDL_FLIP_HORIZONTAL); } //sinon else { //incrémentation horizontale de la position de rayman. prayman.x += 5; //copie de rayman sur le tampon SDL_RenderCopy(renderer, rayman, &raymantiles[anim], &prayman); } //affichage du tampon de rendu sur l'écran. SDL_RenderPresent(renderer); } else { // si l'écran ne suis pas, ont fait une pause. // cela permet de grandement libérer le CPU. SDL_Delay(5); } } //programme terminé return EXIT_SUCCESS; } si vous compilez chez vous, vous devriez avoir un résultat s'approchant de ça: https://www.youtube.com/watch?v=fTFRiKdBPec (a noter qu'ici le déplacement était au clavier et non automatique) pour tout commentaire ou question, je suis présent pour vous répondre voici les fichiers pour ceux qui voudrais le compiler et le modifier pour s’entraîner ----> ICI
  23. Salut all, j'avais fais un beau tuto bien long et bien expliqué mais je me suis fail et tout a disparu en enfer... D: Donc je fais une version abrégée, le mySQL est différent des autres oui, par exemple cette saloperie de SQLite ne prend pas le caractère " ` " pour isoler les variables même si il n'est pas obligatoire de plus certaines fonctions ne sont pas disponible. bref mySQL c'est bien et gratuit. ^-^ je vais pas refaire tout un truc sur la structure... il était tellement bien mon autre tuto disparu :'( la structure de la commande se compose d'une action, une cible, de valeur(s)(optionnel), de condition(s)(optionnel), d'un ordre(optionnel) et une limite(optionnel). exemple pour un ajout on utilise: une action, une cible et des valeurs:: #syntaxe: INSERT INTO [CIBLE] ([VARIABLE(S)]) VALUES([VALEURS]); INSERT INTO `ma_table` (`texte`, `chiffre`) VALUES('Coucou', 123); Donc:- la "cible" c'est la table que vous voulez affecter vous pouvez la sélectionner aussi à travers une db (ex: `db_forum`.`ma_table`). - les variables sont les noms des colonnes dans votre table. - les valeurs sont les valeurs (._.) que vous donnez aux variables. > Documentation Mysql::INSERT si la valeur est un chiffre vous n'êtes pas obligé de mettre de guillemets mais si vous désirez mettre un guillemet dans une phrase vous devait mettre un anti-slash devant (ex: 'C\'est bon le chocolat!'). il existe une syntaxe où vous n'êtes pas obligé de donner le nom des variables mais alors vous devez donner les valeurs pour toutes les variables dans l'ordre. #dans le contexte il y a une variable guid qui sert d'index et l'ordre est: guid, texte, chiffre INSERT INTO `ma_table` VALUES(NULL, 'Coucou', 123); "NULL" retourne la valeur par défaut (ou une case vide) si la variable est un index avec une AI (auto-incrémentation) la valeur sera égale à l’incrémentation actuel de l'index de l'IA ._. EDIT: je viens de me relire après ~8mois et je viens de voir que je n'ai pas indiqué comment ajouter plusieurs lignes en une commande, c'est simple il suffit de mettre une virgule entre les paquets de valeurs (les parenthèses). Ce qui donne: #syntaxe: INSERT INTO [CIBLE] ([VARIABLE(S)]) VALUES([VALEURS]); INSERT INTO `ma_table` (`texte`, `chiffre`) VALUES('Coucou', 123), ('tu veux?', 456); vous pouvez en mettre plus mais je ne connais pas la limite maintenant pour modifier des variables: action, cible, variables, nouvelles valeurs, limite (non obligatoire mais c'est une petite sécurité):: #syntaxe: UPDATE [CIBLE] SET [VARIABLES] = [VALEURS] WHERE [CONDITION] LIMIT 1 #dans le contexte notre commande précédente, a affecté la valeur 58 à `guid` UPDATE `ma_table` SET `texte` = 'Au revoir', `chiffre` = (`chiffre` + 250) WHERE `guid`= 58 LIMIT 1; quand vous avez plusieurs variables à mettre à jour vous n'avez cas les séparer par une virgule et vous pouvez aussi réutiliser les variables dans votre ligne comme par exemple pour augmenter la valeur d'un chiffre de 250. Vous pouvez appliquez une modification à toutes lignes en supprimant "WHERE [CONDITION]" et la limite.> Documentation Mysql::UPDATE pour bien illustrer le "WHERE" dans mon exemple précédent je vais vous expliquer le "SELECT" (la sélection, impressionnant non?), la syntace: SELECT [COLONNE] FROM [CIBLE] WHERE [CONDITION] ORDER BY [ORDRE] LIMIT [LIMIT]; -[COLONNE] : Les informations que vous souhaites récupérer, j'aurais pu aussi mettre [VARIABLES]comme au dessus mais bon ça reste une légende.-[CIBLE] : La table dans la quelle vous désirez faire votre recherche. -[CONDITION] : La condition pour que la donnée soit sélectionnée. -[ORDRE] : Ordre croissant (ASC) ou décroissant (DESC). -[LIMIT] : La limite de la sélection. > Documentation Mysql::SELECT Premier exemple, nous allons sélectionner l'utilisateur dont l' "ID" est 169 dans une table du nom de "users": SELECT * FROM `users` WHERE `ID` = 169 LIMIT 1; Comme vous avez pu le constater j'ai mis un * dans les colonnes que je veux récupérer, celà signifie que je veux récupérer tout les colonnes de la ligne mais attention il n'est pas disponible dans toute les variantes SQL, le "LIMIT 1" est optionnel et inutile mais je le mets par hygiène de code maintenant nous allons faire un truc un peu plus compliqué, nous allons chercher dans une table du nom de "news" si le mot "patate" est présent dans la colonne "title" (titre) ou "content" (le contenu) et nous allons récupérer que le titre, le contenu et sont "guid" (qui correspond à son numéro d'index dans la table) dans l'ordre croissant selon le titre, mais vous vous dites pour trouver le mot ça va être compliqué non en faite regardez : SELECT `guid`, `title`, `content` FROM `news` WHERE (`title` LIKE '%patate%') OR (`cotent` LIKE '%patate%`) ORDER BY `title` ASC; Comme vous pouvez le voir le "LIKE" est apparu, il est utilisé au même titre que le caractère "=", et il est complémenté par le caractère "%" qui dans la recherche signifie qu'il peut s'agir de n'importe quel caractère ou même de plusieurs mais vous désirez avoir qu'une possibilité que de 1 caractère il suffit de mettre un "_" à la place du "%".il y a aussi l’apparition du "OR" qui signifie "ou", je dis donc à la requête que c'est ça ou ça pour être sélectionné, je mets des parenthèses pour bien séparer les conditions, vous pouvez aussi mettre un "AND" ("et" en français) si vous désirez que les deux conditions soient remplies. pour un peu mieux illustrer l'exemple au dessus je vais le "traduite" dans un langage plus un langage plus "humain": Sélectionne le `guid`, `title`, `content` dans les `news` où dans le `title` ressemble à '[n'importe]patate[n'importe]' ou dans le `content` si il y a une ressemblance à '[n'importe]patate[n'importe]' dans l'ordre de `title` en croissant. c'est moche et pire à comprendre mais bon il existe des langages en français... ^-^ maintenant la suppression <3 rien de plus simple de mettre fin aux jours de sa création, comme exemple je vais reprendre l'exemple de l'users 169 ci-dessus et vu qu'il est méchant on va le supprimer: #content: l'user (utilisateur) dont le `guid` (numéro index unique donné) est 169 est méchant donc on le supprime. #syntaxe: DELETE FROM [CIBLE] WHERE [CONDITION]; DELETE FROM `users` WHERE `guid`= 169 LIMIT 1; /!\ Attention, avec les commandes il n'est jamais possible de revenir en arrière sauf si vous avez une bonne mémoire ou une sauvegarde.Le "LIMIT 1" est présent non pas pour hygiène mais par sécurité car une faute de syntaxe et vous risquez de grave perte si vous ne mettez pas de conditions c'est tout le mode qui disparait. > Documentation Mysql::DELETE La remise à zéro, la commande "DELETE" c'est bien mais la commande "TRUNCATE" c'est mieux, quand vous utilisez la commande "DELETE" si votre table à un ou plusieurs index il(s) reste(nt) marqué(s) donc si vous voulez tout effacer et repartir à zéro (0) vous devez utiliser la commande "TRUNCATE": #context: vous avez un vieux site et vous désire l'utiliser avec ses dbs mais ils y a plein de vieux users à supprimer. #syntaxe: TRUNCATE TABLE [CIBLE] TRUNCATE TABLE `cible`; une raison de plus de ne pas avoir de faille sql dans son serveur...> Documentation Mysql::TRUNCATE Je pense avoir expliquer les commandes le plus utilisés, je ferais un autre topic sur la gestion des tables elle même, les comptes mysql et autre si j'en ai le courage x') Bonne programmation à tous même si je considère par le SQL comme de la prog, Mars073.
  24. Salut à tous, Tutoriel pour changer les tags sur CS:Source plutôt pas mal. Cordialement, FaKe77.
  25. Bonjour à tous, et bienvenue dans ce premier cours dédié au C. Dans ce cours, nous allons voir pourquoi il est important de comprendre et de programmer en C, puis nous passeront à une partie plus pratique en regardant les outils qui nous sont proposés pour cela. I- Pourquoi apprendre le C? Le C est un langage le plus bas niveau qui existe (après l'ASM bien entendu!), il permet donc de mieux comprendre le fonctionnement de sa machine. Bas niveau? Cela signifie qu'il est simple? Bas niveau ne corresponds pas au niveau de simplicité du C. Il s'agit en faite d'un niveau par rapport à la machine. Plus un langage est bas niveau, plus il sera proche du fonctionnement de la machine, donc difficile. Plus il sera bas niveau, plus il nous permettera de comprendre le fonctionnement de la machine. Nous allons donc avoir plusieurs cours, en ayant pour but de comprendre comment fonctionne notre machine. Pour cela, nous allons nous orienter vers une programmation impérative que nous permet le C, en nous forçant à n'utiliser QUE des appels system (Donc pas de libc! (à titre informatif: c'est la méthode Epitech)). Nous seront donc obligés de re-créer nos propres outils de travail! Vous l'aurez compris: les prochains cours ont pour but de vous apprendre à utiliser de façon extrême le C. Sans utiliser les outils déjà mis à disposition (libs, etc...), pour vous apprendre à comprendre comment ceux-ci fonctionnent! II- Les outils pour programmer en C Le tout premier outils que je vous conseille, c'est d'utiliser LINUX. Pourquoi Linux? Eh bien c'est très simple: Linux propose énormément d'outils de débugage, et beaucoup d'outils de programmation (Make, Valgrind, GDB, Emacs etc...). Ainsi qu'une documentation détaillée des appels system et de la libc (grâce notamment à la commande "man"). Enfin, une protection plus rapprochée du système qui vous évitera de mauvaises suprises lorsque vous jouerez avec la mémoire (je conseille fortement d'utiliser les limitations de ram par users pour éviter les forkbombs et autres malloc infinis). Je vous conseille donc fortement d'utiliser Linux. De mon côté, j'ai opté pour un Debian sur lequel j'ai installé une interface graphique et tout les outils nécéssaires! Je conseille fortement Mint qui est basé sur Debian. Vous pouvez utiliser une machine virtuelle pour faire tourner votre Linux si vous ne souhaitez pas le rajouter au Dump! Ensuite, les outils de base: Nous allons programmer en utilisant 5 outils très importants: Emacs: C'est l'éditeur qui va nous permettre d'éditer nos codes en C. Il est très pratique, mais il faut connaitre les syntaxes et les racourçis qu'il propose! GDB: C'est un excellent débugueur qui permet de fixer des points d'arrêt sur son programme, pour réussir à trouver les problèmes de notre programme! Valgrind: C'est un de mes outils préférés: Il permet de savoir si vous avez bien free tout vos malloc (et donc, bien vidé toute la mémoire) et de repérer les segfaults (à notter: il faut rajouter -g3 aux flags de compilation pour que celui-ci marche pleinement, n'oubliez surtout pas de supprimer -g3 de vos makefiles à la version finale. -g3 rends l'exécutable très lourd). Make: L'outil Make est l'un des plus importants: il nous permettra de créer un "Makefile" qui va nous permettre, grâce à la commande Make, de compiler, et nétoyer notre programme facilement. htop ou top: C'est un invité de commandes pour unix, qui va nous permettre de voir l'avancement et l'utilisation de notre RAM/CPU. Voilà, je vous es donc fait une courte introduction sur tout ce qui es des outils et de la programmation en C! Rendez-vous au prochain cours! Cours écrit par AlexMog. Contact: alexmog [at] live [point] fr
×
×
  • Create New...