Jump to content

krimpatul

Melinyen
  • Content Count

    12
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

krimpatul last won the day on August 26 2014

krimpatul had the most liked content!

Community Reputation

12 Amical

1 Follower

About krimpatul

  • Rank
    Melinyen
  • Birthday 10/04/1996

Informations du profil

  • Genre
    Homme
  • Centres d'interêts
    Prog, électronique, ESCALADE, montagne, bière...
  • Localisation
    Annecy

Contact Methods

  1. Apparemment, oui graver plus lentement serait une solution. Après il existe des alternatives : l'installation par USB en est une http://www.commentcamarche.net/faq/21013-windows-creer-une-cle-usb-d-installation Et puis l'erreur proviendrait apparemment d'une mauvaise copie des fichiers - ton image windows est-elle correcte ? ( encore une copie torrent à la con hein ) -le DVD est neuf ? pas abîmé ? -le lecteur fonctionne-t-il correctement ? -le format du disque dur est le bon ? après je ne suis pas expert windows...
  2. Bonjour, voici quelques idées de lectures qui m'ont particulièrement plues et que je voulais vous faire partager : 1984, Georges Orwell Si vous entrez en classe de Terminale, je vous recommande plus que vivement ce livre qui tape en plein dans votre cours de philo et qui est plus que passionnant. Ce grand classique, vous en connaissez sûrement déjà une phrase, si si, "Big brother is watching you", ça ne vous dit rien ? Et bien c'est ici que ça se trouve . Synopsis : Notre personnage principal, Winston Smith vit à Londres, en Océania ( une des trois grande puissance de ce temps : L'Océania, L'Eurasia et L'Estasia ) dans un régime ultra-totalitaire où ABSOLUMENT tout est contrôlé par l'Etat. Alors que les populations sont bien "formatées" ( c'est le mot le plus adapté qui me vient à l'esprit ) Winston commence à se poser des questions... Et voilà, je m'arrête là, après il faudra le lire . Mais pour le côté critique : Orwell nous montre comment un Etat peut arriver à maitriser ses populations à un point tel que même la notion de vérité devient relative à qui la raconte... et que seul l'Etat peut prononcer SA vérité et la faire admettre au peuple automatiquement, en enlevant des mots du dictionnaire ( par exemple ) pour que, le temps aidant, les populations ne puisse même plus songer à autre chose que ce que dit Big Brother... Cette fiction nous embarque donc dans une aventure haletante dans laquelle nous suivrons Winston et son parcours dans sa quête de réponses... Bref, à lire absolument. La Peste, Albert Camus Allez hop, un autre grand classique ! Pour la petite anecdote à l'heure où j'écris ces lignes, il me reste encore 70 pages à lire et c'est un travail à faire pour la rentrée... qui est demain pour moi ! ( ça bosse même pendant les vacances d'été en prépa... c'est des malades j'vous dit ). Synopsis : Nous suivons ici une ville moyenne d'Algérie dans les années 1940, Oran qu'elle s'appelle, et cette ville se retrouve soudainement envahie par une épidémie de... peste. Le narrateur nous relate cette période de l'histoire ( c'est une fiction hein ) à travers des témoignages, des carnets et des discussions entre concitoyens de la ville... C'est la tournure que prends le roman, une sorte de reportage, mais pas d'inquiétude, ce ne sont que quelques paragraphes qui sont écrit comme ça, ça ce lit comme un roman normal, c'est plus une sorte d'ambiance en fait, mais très prenante et agréable à lire. On peut donc suivre un personnage comme s'il s'agissait d'un banal roman et le paragraphe suivant, avoir un phrase comme "Car il faut bien parler des enterrements et le narrateur s'en excuse ..." ( le passage fait 10 lignes pour justifier qu'il parle des enterrements avant qu'enfin il parle des enterrements pendant 10 pages ). Nous soufrons par exemple le docteur Rieux dès le début du livre, qui lutte désespérément contre la peste ou encore Tarrou, un citoyens consciencieux qui a pris pour habitude de noter des passages de la vie quotidienne d'Oran dans ses carnets, pour laisser une trace exacte de la vie dans la ville à cette époque et qui va se révéler très utile au narrateur pour nous relater les faits lorsque la peste arriva. Le journaliste Rambert ou encore le curé Panneloux, l'employé municipal Grand ... la liste est longue. Le point le plus important dans ce livre est qu'il se lit tout à fait comme le récit de cette peste MAIS, il s'agit en fait tout le long d'une métaphore filée ( si mon prof de français avait pu savoir que j'ai réussi à la sortir celle-là.... ) qui peut passer tout à fait inaperçue si on n'est pas assez attentif... Et c'est là tout le plaisir de ce roman ! j'ai moi même commencé à le lire sans le savoir et puis un jour, en discutant avec mon grand-père ( oui oui, je raconte ma vie ) il me dit "a oui, le peste, l'analogie avec le Nazisme". Et ça ma paru tellement évident que je me suis senti con de pas l'avoir vu tout de suite... (Alors, oui, pour quelqu'un ayant vécu peu après la seconde guerre mondiale, ça saute au yeux mais pour ceux nés après 1980... un peu moins ). Bref, encore un chef d'oeuvre que je recommande. Le silmarillion, JRR Tolkien Tout le monde connait "le seigneur des anneaux" (si ce n'est pas le cas, veuillez agréer l'expression de mes regrets les plus distingués, mais vous êtes un inculte) et plus récemment "Le Hobbit". Un peu moins de gens on lus les livres ( une pure merveille au passage ), et encore moins connaissent l'existence du Silmarillion. Synopsis : L'oeuvre est constitué de plusieurs sous-oeuvres plus courtes exempté la principale. - Ainulindalë : l'histoire des Ainurs, les premiers dieux, très court, ça sert d'introduction à ce qui va se passer après. -Valaquenta : l'histoire des Valars, les premiers dieux à être descendu sur Eä ( le monde ) et de leurs serviteurs, ainsi que Morgoth ( l'ennemi noir du monde, ancien Valar ), une fois de plus très court, c'est une autre intro. -Le quenta Silmarillion : l'histoire des silmarils. Là c'est la vrai histoire, celle qui fait 350 pages ( en gros ). Les silmarils sont les joyaux crées par Feanor, le plus habile des joaillier des Elfes, il a mit toute son âme et toute sa grâce dans cette création, et Morgoth les lui dérobe... débute alors une épopée magnifique qui nous apprends beaucoup sur le monde qu'à créer Tolkien, bref un must pour les fans du "seigneur des anneaux". -Akallabêth : la chute de Númenor -les Anneaux de Pouvoir : on s'en doute, ce sont les fameux anneaux de la célèbre saga... Contrairement aux deux autre on est là dans un classique du heroic-fantasy, mais pas de n'importe qui, de Tolkein, s'il vous plait . Ce qui est impressionnant avec lui, c'est la précision avec laquelle il créer ses mondes, ces histoires, ces légendes, ces peuples avec leur languages, leurs traditions etc... ( l'Elfique se partage en plein de différent dialecte en fonction des époques, et plusieurs d'entre eux peuvent être parlé couramment de nos jours ! il existe des cours gratuits et payants pour le Quenya ) Bref, toujours un plaisir de lire d'aussi bon romans.
  3. Sujet qui m'intéresse beaucoup ! vivement la suite +1 rep
  4. Après test : Une ambiance agréable, avec un split d'écran bien géré, une coloration sympathique entièrement personnalisable, une arborescence sur le coté qui ne pique pas les yeux... La barre d'outil est agréable, quoique petit amis gère les raccourcis systèmes ( ctrl-s ... ) qui sont eux aussi personnalisables. Parenthèses, accolades, crochets, guillemets et apostrophes sont automatiquement fermés lorsque vous les ouvrez ( et votre curseur est placé entre les deux ) et les variables sont auto-complétées de manière agréable ( on vous propose une liste, uniquement dans la fonction que vous êtes en train d'éditer ( j'ai fait le test avec un peu de JS ) avec le type de variable à coté (string, int, etc... ) ). Seul petit bémol : la version gratuite n'accepte qu'un seul moyen de partage, c'est donc SOIT ftp, SOIT google drive SOIT drop-box etc... pis encore, vous ne pouvez mettre qu'un seul ftp dans la version gratuite ! ( vous pouvez toujours le supprimer et le changer à chaque fois que vous changez de projet mais pas très pratique...). Ce petit défaut est tout de même parfaitement compréhensible, ils doivent bien gagner leur vie tout de même ! D'autan plus que le premier abonnement est à 2$ par mois ! Cet abonnement vous autorisera plus de connexion au cloud ( stockage chez codeAnywhere ainsi que les connexions aux FTP, googleDrive, dropBox... ) mais je ne sais pas combien Après il y a un abonnement à 7$ puis 20 $ (par mois hein ) Je m'attaque à la version mobile, si celle-ci me plait, y'a moyen que CodeAnywhere devienne mon éditeur permanent ( du moins quand j'ai internet... )
  5. Pour ma part j'avais déjà utilisé Linx, mais c'est plus pour le fun de faire quelque chose en mode console, pas vraiment intuitif lorsque les sites sont optimisés pour le graphique avec des interfaces épurées... Après si vous connaissez des sites conçus pour la console je dis pas, mais de nos jours je pense que ça reste plus une curiosité qu'autre chose
  6. Oulala, je vais me faire taper sur les doigts... Moi je disais ça juste comme ça hein, c'était pour l'exemple, après dans mes projets je n'utilise (presque) jamais de GET...
  7. Bonjour, voici une présentation des bases de l'électronique numérique : la logique Booléenne ( ou algèbre de Boole ) . Sujet en général passionnant pour les fans d'informatique et d'électronique Tout d'abord, qu'est-ce qui ce cache derrière ce nom étrange ? : L'algèbre de Boole, ou calcul booléen, est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques. Plus spécifiquement, l'algèbre booléenne permet d'utiliser des techniques algébriques pour traiter les expressions à deux valeurs du calcul des propositions. Elle fut initiée en 1854 par le mathématicien britannique George Boole. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Elle fut utilisée la première fois pour les circuits de commutation téléphoniques par Claude Shannon. Merci Wikipédia Avant de lire ce post, je vous conseille de savoir compter en binaire, si ce n'est pas votre cas, vous trouverez des explications claires ici : Bien, vous savez compter en binaire mais vous ne savez toujours pas concrètement ce qu'est l'algèbre booléenne, on avance pas décidément. L'algèbre de Boole consiste à traiter les informations avec la plus simple ( et pourtant tellemeeeeeeent complexe... ) des logique, ici l'information est soit vraie, soit fausse ( 1 ou 0 ) pas de doute possible. On va donc associer ces 0 et ces 1 grâce à ce que l'on appelle des fonctions logiques. Je vous propose donc d'étudier ces fonctions logiques de base puis de s'amuser avec pour voir leur potentiel ! I / fonctions logiques ( ou opérateurs logiques ) A/ fonction ET (conjonction) AND nous allons représenter cette fonction par un petit schéma... a et b sont nos entrées et L est la sortie de al fonction logique. Voici l'équation : L = a . b ( à lire L = a ET b ) rappelons que nous travaillons en binaire, a et b valent donc soit 0 soit 1. l'équation nous dit que L ne vaut 1 si et seulement si a ET b valent tous deux 1... d'où le nom. Un autre outil sympathique pour se représenter une fonction logique est ce que l'on appelle une table de vérité : les lignes sont à lire ainsi = "0 et 0 font 0", "0 et 1 font 0" ... et ainsi de suite. B/ fonction OU (disjonction) OR allon un peu plus vite : avec l'équation : L = a+b ( à lire L = a OU b ) C / fonction NON (négation) NOT D / fonction NON ET (conjonction négative) NAND Il s'agit en fait d'une fonction ET suivie d'une fonction NON E / fonction NON OU (disjonction négative) NOR F / fonction OU EXCLUSIF ( disjonction exclusive ) XOR En général les débutants butent un peu sur celle-là... on peut la traduire ainsi : a OU b MAIS pas les deux. Voici comme d'habitude schéma, table de vérité et équation : Fun fact : les développeurs Assembleur utilisent souvent cette fonction pour remettre à 0 une variable ( un registre ) : xor ax,ax en effet, si vous vous amusez à poser l'opération ( imaginons que ax vaut 42, soit 00101010 ) : 00101010 xor 00101010 = 00000000 et oui, 0 ou 0 mais pas les deux, ça fait 0 ; 1 ou 1 MAIS PAS LES DEUX, ça fait 0... cette méthode est plus courte (en nombre d'octet) que de mettre 0 dans la variable directement : mov ax, 0 Mais on s'éloigne du sujet originel... il nous reste une dernière fonction logique ! G / fonction NON OU EXCLUSIF (disjonction exclusive négative) XNOR Il s'agit bêtement d'une xor avec une not derrière... Vous remarquez cette bulle derrière la fonction logique à la place d'un petit triangle ? c'est une autre représentation pour dire que l'on à inversé la sortie ( on y a mit une fonction NON ). Pfiou c'est fini pour la présentation bête et méchante des fonction logiques ! à noter qu'il en exister deux trois autres telles que l'implication ou l'inhibition mais bon, moins utilisées. Petit bonus : le théorème de De Morgan : première loi : deuxième loi : Vous êtes normalement capables de comprendre ceci par vous-même et j'aurais bien du mal à vous l'expliquer mieux que l'équation ! Le meilleur moyen de le maitriser est de faire des exercices... mais je n'ai pas mon cours sous la main Si ça vous intéresse : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_de_De_Morgan II / faire du calcul ! aaaaaaaaah ! enfin quelque chose d'intéressant ! A / les additionneurs ( adders ) Voyons comment votre ordinateur fait des additions... (à peu près, les ingénieurs de proco on depuis longtemps abandonné cette méthode pour se tourner vers des additionneurs plus performant, notamment le Kogge-stone adder, qui est un carry-look-ahead adder (additionneur à calcul anticipé de retenue ) mais c'est pour une autre histoire ! ) commençons doucement avec le demi additionneur (half-adder) : nous allons additionner deux bits, le bit A et le bit B ( ça va pour le moment ? ) dans le cas où les deux valent 1, on aura 2 en sortie, n'est-ce pas ? il nous faudra donc prévoir deux bits de sortie pour écrire 2 en binaire : 10. Nous avons donc une sortie et une retenue, la sortie correspond à 20 et la retenue à 21 , respectivement nommées S et C (pour carry, retenue en anglais) les équations : C = A.B S = A⊕B schéma et table de vérité : Vous remarquerez que le schéma utilise des fonctions logiques que vous n'avez jamais vues... en fait c'est la représentation américaine (Wikipédia m'a lâchement lâcher (ooh un pléonasme ! ) sur ce coup), croyez-moi la fonction du dessus est une XOR et celle du dessous est une AND. faites un tour ici pour avoir les versions françaises et américaine côte à côte : http://en.wikipedia.org/wiki/Logic_gate Bien, nous pouvons maintenant additionner deux bits... mais qu'en est-il si nos nombres font plus de 1 bit chacun ? Il faudrait faire un half adder sur chaque couple de bits ( les 20 avec les 20, les 21 avec les 21 etc...) puis faire un half-adder entre la retenue des 20 et la sortie des 21 et puis.... et puis on s'écroule sur la table parce que dès qu'il y a plus de 4 bits sur chaque nombre, même le schéma sur une feuille de papier avec un crayon devient un vrai clavaire (j'ai déjà essayer en 4e...). C'est pourquoi on a inventé le full-adder ! Ce petit bijou fait la différence entre la retenue entrante et la retenue sortante, il additionne ainsi trois bits et possède deux bits en sortie. en reliant la retenue sortante (carry out) à la retenue entrante (carry in) du full-adder suivant, on additionne nos nombre sans avoir à gérer un truc ultra-compliqué. on a : A+B+Cin = S+Cout (ici le + est un "plus" et non pas un OU). Pour les équations : S = (A⊕ B )⊕Cin Cout = (A. B ) + (Cin . (A⊕ B ) ) Donc oui la fonction logique tout 0 droite est bien une OU. Je vous avais parlé de relier le Cout d'un adder au Cin du suivant... cela s'appel chainer les additionneurs, mettons que nous voulons faire A+B (plus hein, pas OU) mais que A et B font tous deux 4 bits, ils seront composé comme ceci : A3A2A1A0 et B3B2B1B0 et on chaine les adders comme suit : Et bien ma foi, nous voici rendu avec les additions ! B / la soustraction Et là, c'est le drame, vous avez peur de devoir vous replonger dans des schéma compliqués et incompréhensibles et tout reprendre de 0... Mais non ! si nous rusons il y a moyen de reprendre le travail déjà fait jusque là . Rappellez-vous ... A-B = A+(- B ). Cours de maths niveau 5e. Et pour trouver l'opposé d'un nombre binaire, c'est très simple. Cherchons -12. prenons la valeur absolue : (0b00001100), inversez-le bit à bit => 0b11110011, puis ajouter 1 => 0b11110100. Et voilà votre nombre en binaire signé ( complément à deux ) ! simple non ? et avec des fonctions logiques ? il suffit d'appliquer la fonction NON sur notre chiffre... puis de le faire passer dans un adder avec un 1. Mieux encore, regardez le schéma des full-adders chainés, n'y voyez-vous pas une première retenue entrante inutile ? le voilà notre 1 à ajouter ! pour faire une soustraction, il suffit de faire une addition, sauf que l'on met la première Cin à 1 et que l'on fait passer B par une fonction NON . Mais il y a encore mieux, on peut utiliser le même chainage d'adders pour faire des additions et des soustractions ! il suffit de faire passer B par des fonction XOR, la deuxième entrée de chaque XOR étant reliée... à Cin, ainsi si Cin est à 0, B reste inchangé, Cin est à 0 (sans blague ) et on fait une addition entre A et B. Si Cin est à 1, le XOR va inverser chaque bits de B et le chaînage d'adders va ajouter 1 en plus, on aura une soustraction entre A et B (A-B pour être précis) . en image : photoshop pro here ! Et bien voilà... vos neurones peuvent désormais reposer en paix. Si vous voulez plus de masturbation intellectuelle faites-le moi savoir et je m'attaquerai aux multiplicateurs... et si vous voulez du hardcore je vous proposerai des diviseurs... et pour l'orgasme intellectuel, il y a le sujet qui me tient le plus à coeur : les carry-look-ahead adders ( comme le kogge-stone adder dont j'avais mentionné l'existence ).
  8. Le concept est vraiment sympa, d'autan plus que ce n'est pas un simple éditeur de texte en ligne, il intègre un gestionnaire de fichiers clair, un terminal et différent services intégrés comme un FTP ou de quoi upload sur dropbox ou google drive ! Pour ma part je vais essayer ça au plus vite et je vous dit des nouvelles
  9. Merci pour les precisions Anaeria, et effectivement, à éviter pour tout ce qui à besoin d'être sécurisé. Sinon pour le POST à la place du GET... cela revient presque au même, un simple clique-droit->obtenir le code source de la page permet de récupérer le formulaire même si celui-ci est en hidden et donc d'appeler incrementation.php depuis une fausse page; mais ça réduit quand même légèrement les risques... ici le GET à l'avantage de rendre le tout plus clair et simple, simple question d'habitude .
  10. Bien vu pour le guillemet Sinon, oui, ce n'est pas de l'AJAX dans le sens pur du terme mais c'est une technique que je trouve simple et efficace et que je voulais partager !
  11. Bonjour, voici une petite méthode pour faire de l'ajax simple sans aucun plugin : le DSL Dans l'idée nous allons apprendre à créer une page qui affiche un nombre et un bouton pour incrémenter ce nombre. Afin de stocker ce nombre, nous allons le ranger bien au chaud dans une BDD. Notre page devra donc : incrémenter ce nombre dans la BDD sans rechargement de la page mettre à jour l'affichage du nombre, toujours sans recharger la page (sinon c'est trop simple ) L'utilisation d'une BDD juste pour un nombre peut paraitre exhaustive, mais l'idée est d'appliquer la méthode avec plusieurs nombres, possédants chacun un id... on verra ça après Nous allons utiliser deux pages : index.php et incrementation.php. Voici index.php : <?php $bdd = new PDO('mysql:host=kpsoftware.fr;dbname= toto','jean-michel','fjhbqfkqsfhgsjkgbs'); ?> /* connexion à la BDD */ <div style="text-align: center;"> <span class="leNombre"> <?php $nombre=$bdd->query('SELECT nombre FROM nombre'); $nombre=$nombre->fetch(); echo $nombre['nombre']; ?> </span> /* on à notre nombre ! */ <input value="Plus un !" type="button"/> </div> <script> /* les choses sérieuses commencent ici */ function addEvent(element, event, func){ if (element.attachEvent) { element.attachEvent('on'+event, func); } else { element.addEventListener(event, func, true); } } /* ceci est notre fonction pour ajouter des évènement en javascript */ (function(){ var elements = document.getElementsByTagName('input') for (var i=0;i<elements.length;i++){ addEvent(elements[i],'click',function(e){ /* on ajoute un évènement sur les "input" */ var target=e.target || e.srcElement; if(target.value == 'Plus un !'){ /* quand un "input" est cliqué, on teste sa "value" */ /* si cette "value" est "plus un !", alors on créer un script, dont la source est une page php : incrementation.php. Il ne reste plus qu'à l'ajouter ! */ var scriptElement = document.createElement('script'); scriptElement.src ='incrementation.php'; document.body.appendChild(scriptElement); } }); } })(); /* à ce stade, incrementation.php à été exécuté, je vous invite à aller voir cette page avant de lire la fin de index.php */ function refreshNombre(newNombre){ var spanElements = document.getElementsByTagName('span'); var newSpan = document.createTextNode(' ' + newNombre + ' '); /* on créer notre nouveau span contenant le nouveau nombre */ for (var i=0;i<spanElements.length;i++){ var classSpan = spanElements[i].className; if (classSpan == "leNombre"){ /* on test pour trouver le bon span */ spanElements[i].replaceChild(newSpan.cloneNode(false),spanElements[i].firstChild); /* et là on remplace le firstChild (le texte) de spanElements[i] ( le span contenant l'ancien nombre ) par un clone de newSpan (celui créer juste au dessus contenant le nouveau nombre */ } } } </script> voici maintenant incrementation.php : <?php header("Content-type: text/javascript"); $nombre=$bdd->query('SELECT nombre FROM nombre'); $nombre=$nombre->fetch(); $newNombre=$nombre['nombre']+1; //on récupère le nombre $nombre->closecursor(); $upNbr=$bdd->prepare('UPDATE nombre SET nombre = :newNombre'); $upNbr->execute(array('newNombre'=>$newNombre)); $upNbr->closecursor(); // on l'incrémente ?> refreshNombre(<?php echo $newNombre ?>); /* on execute enfin la dernière fonction de index.php qui va se charger de rafraichir le nombre sur la page, il n'y à eu aucun reload de la part du navigateur ! */ Si les commentaires ne sont pas assez explicatifs dites-le moi ! je me ferais un plaisir de détailler tout ça ! Bien, si vous avez compris l'idée de l'appel d'une page externe via JS pour exécuter un code php sans reload de page, vous avez tout compris. Mais pour exploiter pleinement la puissance du DSL et de la BDD, il nous faudrait avoir plusieurs bouton et nombres dynamiques. Pour cela il suffirait d'envoyer au script incrementation.php une id afin de transformer la requête SQL en : $upNbr=$bdd->prepare('UPDATE nombre SET nombre = :newNombre' WHERE id= :id); $upNbr->execute(array('newNombre'=>$newNombre, 'id'=>$_GET['id'])); $upNbr->closecursor(); et on change la fonction refresh pour qu'elle contienne un paramètre en plus : l'id function refreshNombre(id,newNombre){ var spanElements = document.getElementsByTagName('span'); var newSpan = document.createTextNode(' ' + newNombre + ' '); for (var i=0;i<spanElements.length;i++){ var classSpan = spanElements[i].className; var idSpan = classSpan.substring(classSpan.lastIndexOf('a')+1); if (idSpan == id){ spanElements[i].replaceChild(newNombre.cloneNode(false),spanElements[i].firstChild); } } } avec son appel : refreshNombre(<?php echo $_GET['id']; ?>,<?php echo $newNombre; ?>); Avez-vous vu la subtilité du : var idSpan = classSpan.substring(classSpan.lastIndexOf('a')+1); ? En fait, en HTML il est impossible de mettre un nom de class commençant par un chiffre... du coup, on met un "a" devant et on utilise "substring" pour découper ce "a" on prend la dernière apparition de "a" et on ajoute 1 au rang, il ne nous reste plus que l'id ! celui-ci est donc afficher sur index.php comme ceci : <span class="a<?php echo $nombre['id'];?>"> <?php echo $nombre['nombre']; ?> </span> bien sûr la requere SQL change légèrement : SELECT * FROM nombre Voilà voilà ! DSL dans toute sa grandeur ! Si vous avez des questions n'hésitez pas !
×
×
  • Create New...